Un interne au Ministère

Interview d'un stagiaire lamé or

Mathieu Levaillant, 24 ans, est interne en 1er semestre. Son chef de service ? Agnès Buzyn, notre Ministre à tous. WUD l’a rencontré dans son bureau (avec vue sur la Tour Eiffel).

WUD. Comment on se retrouve en stage dans le cabinet ministériel d'Agnès Buzyn ?

Mathieu Levaillant. J’ai toujours été attiré par l’aspect populationnel de la Santé Publique. J’ai eu la chance de faire un stage d’externe avec Yann Bubien (Directeur de Cabinet de la Ministre, ndrl) quand il était directeur du CHU d’Angers. Lorsque j’ai eu cette opportunité, je n’ai pas hésité une seconde.

WUD. C’est quoi la journée type d’un interne au Ministère ?

ML. J’arrive à 8h pour préparer en amont les dossiers les plus urgents de la journée, puis je consacre la matinée à la rédaction et la préparation de documents pour les réunions de la Ministre et du Dir Cab. Puis on déjeune avec l’ensemble des conseillers, ça permet de faire un point informel sur les dossiers des autres, malheureusement sans l’ambiance de la salle de garde ! L’après-midi, soit j’accompagne Yann en rendez-vous, soit je rédige des notes de synthèse. Je consacre aussi une partie de mon temps à l’organisation de son emploi du temps, tâche parfois compliquée car il est extrêmement sollicité. Puis, jusqu'à 21h30-22h, je profite du calme pour me plonger vraiment dans la lecture de sujets de fond et de l’actualité.

WUD. Et alors, elle est sympa Mme la Ministre ?

ML. Oui, très sérieuse, mais décontractée et souriante. Je la trouve bienveillante, on sent qu’elle est habituée à gérer des internes, qu’elle a un réel souci de transmission.

WUD. Ah, on va encore accuser les médecins d’entretenir la « Buzynmania »... Selon vous, elle a quoi de plus que ses prédécesseur(e)s ?

ML. On voit tout de suite que c’est une femme médecin, qui exerce depuis 20 ans, et qui est rompue à faire de la pédagogie auprès de ses patients. Elle a une approche très courageuse de la Santé Publique. Et puis, elle incarne ses convictions au quotidien : personne ne fume au cabinet, on ne sert plus de vin le midi depuis son arrivée, ses enfants sont tous vaccinés…

WUD. Et qu'envisages-tu pour la suite de ton internat après un tel premier semestre ?

ML. Commencer ici c’est la plus grande chance, et en même temps, je me demande ce que je vais faire après. J’irai sûrement voir ailleurs, à l’étranger. Et puis continuer de me battre pour la reconnaissance de la Santé Publique, malheureusement méconnue et mal-aimée en France. Certains potes m'ont quand même traité de traître quand je leur ai dit où j'allais en stage...

WUD. Comment faire évoluer cela ?

ML. On a besoin de plus de médecins, dans les institutions, au Ministère, et des jeunes ! Notre génération saura faire évoluer les choses. 

 

Source: 

Jean-Victor Blanc

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

L’Isnar-IMG s’alarme de la tournure que prend la mise en place des formations spécialisées transversales (FST). Leur mise en place, poussive depuis...
Ce qui est rare est cher !
Dans l'optique du choix des spé et des établissements suite aux #ECNi2020, WUD lance une série d'entretiens avec des responsables de syndicats d'...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.