« Sur notre nouvelle appli MACSF, 25% des médecins se renseignent sur un changement de statut de public à privé »

La crise de la Covid a conduit à plusieurs questionnements parmi la communauté médicale et paramédicale. C’est pourquoi la mutuelle MACSF a lancé une plateforme qui met en relation les professionnels de santé  de toutes spécialités entre eux. Thierry Houselstein, directeur médical de la MACSF nous explique tout

 

What's up doc: En quoi consiste l’application ?

Thierry Houselstein: La mutuelle a lancé un service qui s’appelle la communauté MACFS. Cela vise à mettre en relation des professionnel de santé médicaux et  para-médicaux de toute profession et de toutes spécialités  pour échanger sur différents sujets. Aussi bien sur leurs activités professionnelles ou sur des questions médicales. Nous mettons également à leurs dispositions des locaux professionnels. De plus on trouve aussi des offres d’emplois ou de remplacements.

Comment en êtes-vous arrivé à la proposer ?

TH: C’est une des conséquences de la crise sanitaire. Il nous a semblé que l’on pouvait aller plus loin que tout ce que l’on apporte déjà à nos sociétaires en terme de service. 25 % des répondants manifestait l’intention de changer de statut. Cet indicateur est fort pour nous, d’où la réflexion sur le fait de relancer cette  communauté. D’autre part nous avons observé que les professionnels de santé souhaitaient échanger sur des thématiques particulières. Je m’explique quand un médecin a des informations à obtenir sur la retraite, sur des questions de prévoyances, ou comment s’installer, il se tourne vers un de ses collègue. En règle général, plutôt un ainé qui est déjà passé par cette case. Cela lui permet d’avoir des informations qu’il considère comme plutôt fiables, en tout cas non polluées par des données commerciales. C’est comme cela que nous sommes arrivés à créer cette plateforme.

Comment fonctionne t-elle ?

TH : Elle est ouverte à tout le monde des lors que vous êtes professionnel de santé. Bien évidemment nos assurés, mais également n'importe quel professionnel de santé. C’est accessible 24h/24 sur internet.

Il y a déjà des applications qui proposent des offres d’emplois, en quoi la votre se différencie ?

TH: Ce sont des sites purement commerciaux. Nous, nous avons beaucoup de partenariats avec tout un tas d’associations de jeunes médecins, d’internes. Nous sommes assez frappés que chacun ait du mal à trouver des choses simples qui concernent sa profession.

Combien de membres compte la plateforme à l’heure actuelle , et quelle courbe souhaitez-vous qu’elle prenne ?

TH : On a plus de 4000 membres, tout statuts et professions confondues. Il n’y a aucune lecture buisness derrière. C’est complètement gratuit pour les assurés et même ceux qui ne le sont pas. Il faut concevoir cela comme un service qu’il nous a paru indispensable de réactiver et d’amplifier, suite au retour des professionnelles de santé après deux ans de crise sanitaire.

Vous avez eu des sollicitations uniquement de vos assurés ?

TH : Nous avons eu une sollicitation de nos assurés bien évidemment, mais aussi la surprise d’avoir d’autres professionnels de santé. Notamment des hospitaliers qui n’avaient pas forcément de retours de la part de l’hôpital.

 

 

 

Portrait de Albane Cousin

Vous aimerez aussi

Le système de santé dans son ensemble est responsable de 8 % des gaz à effet de serre en France. Un chiffre trois fois plus important que la...

Autisme, autonomie, rééducation, lutte contre les déserts médicaux, la e-santé est primordiale pour l’avenir. Et elle l’a encore prouvé en remettant...

Vous croulez sous les tâches administratives, la paperasse vous écrase, phagocyte votre temps et vous étouffe à petit à feu. Au Summer Camp de la e-...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.