Sommes-nous tous des branleurs (euses) ?

Vieux médecins versus docs trentenaires : la guerre des générations

Ah les jeunes médecins, ils ne pensent qu’au fric ! Voilà une belle opinion qui circule à notre égard et donne du grain à moudre à bon nombre de jeunes confrères. L’une d’entre nous n’a pas résisté à l’appel de sa plume pour écrire une lettre aux lecteurs du Quotidien du Médecin. Au nom de toute la jeune génération, elle justifie ses résistances à l’installation.

Un non-choix qu'elle explique par sa volonté de « fonder une famille » et de « souffler un peu ». Et par son refus de pratiquer « l’abattage » induit par les conditions financières bien moins avantageuses qu’il y a trente ans. Ce que cette jeune médécin généraliste souhaite avant tout, c'est faire de la « médecine, la vraie, celle de médecin qui prend du temps avec son patient ».

Alors, aujourd'hui, elle préfère ne pas s’engager et ‘fait des remplas’, comme bon nombre de ses consoeurs et confrères trentenaires. Fuite de responsabilité ou acte de résistance ? Le feu est mis aux poudres et les commentaires des lecteurs fusent. Entre messages soutenants et missiles de guerre, en voici quelques extraits. 

« Si vous ne voulez pas vous faire traiter de branleurs il ne faut pas faire de pause après les études et accepter de travailler en milieu rural pour soigner des habitants survivants. »

« Certains vieux médecins sont comme ces généraux cacochymes si envieux qu'ils sont contents d'envoyer les jeunes dans des tranchées. La confraternité trans-générationnelle n'est pas pour demain. » 

« Eternelle guerre des générations : Chronos dévore toujours ses enfants et les ressorts des sociétés primitives crèvent le pauvre et mince matelas de la prétendue modernité de notre pauvre société contemporaine ! Nous avions dit "progrès" ? »

« La société change, les aspirations des malades également, il est normal que la médecine suive ces évolutions. La nouvelle génération de médecins n'est ni pire ni meilleure, elle essaie de travailler et de vivre avec son temps. »

A qui le tour ?

Source: 

What's up doc - publié par AP 09/12/2013

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Oui, mais pour séduire il faut avoir des atouts...
Médecin généraliste de 31 ans, Mathieu Bansard s’est installé dans le Pôle Santé Ouest-Cotentin, pour "contribuer au développement d’un projet d’...
Presse auscultée. La moitié des cabinets médicaux du centre de Tours pourrait disparaître d'ici cinq ans, selon l’étude d’un jeune médecin tourangeau...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.