Qu'en est-il de la souffrance au travail dans le milieu hospitalier ?

Quatre étudiants du MBA de l’université Paris Dauphine ont rendu public un rapport sur la qualité de vie au travail. En 2019, Ils ont réalisé un Benchmark européen sur «le diagnostic et le traitement de la souffrance au travail en milieu hospitalier ». Ils se sont servis des résultats de cette étude pour poursuivre leur réflexion dans le contexte de la Covid-19. 

La crise sanitaire de la Covid19 a mis en exergue le fait de promouvoir comme axe de réflexion la qualité de vie (QVT) et de la santé au travail. La QVT, de part son impact direct sur l’efficience hospitalière, est réévaluée. Car oui, la QVT n’a pas seulement un impact humain, mais y a aussi les pépettes qui rentrent en compte. Et ça… ça fait forcément réfléchir ! 

Prendre en compte la souffrance au travail

Ces étudiants ont donc décidé de reprendre leurs résultats de recherche de 2019 et de les transposer à la situation actuelle. Alors, qu’est-ce qu’il ressort de tout ça ? C’est qu’il est TEMPS de prendre en compte la souffrance au travail. Elle a été longtemps minimisée voire ignorée, mais pas seulement par les autorités. Par le grand public et surtout par les soignants eux-mêmes. Bah oui… c’est pas si facile de se mettre en position de soignés ! 
Bon, pourquoi c’est si important de prendre en compte la souffrance au travail ? Déjà parce qu’il y a pénurie de main d’œuvre soignante. Le but, en limitant cette souffrance, c’est de stabiliser les équipes, limiter les turn-over et améliorer les conditions de travail en minimisant la pénibilité et le stress professionnel. Et déjà ça, c’est pas mal ! Et en plus, il faudrait améliorer l’efficience au service de la qualité des soins. 

Les conseils

Dans cet article, on retrouve les facteurs qui permettent de contrôler la qualité de vie au travail. De comprendre d’où sort cette souffrance au travail ? (de vouloir gratter de l’argent, mais faites comme si vous étiez étonnés). Vous retrouverez aussi des conseils sur comment améliorer la QVT, ainsi que des pistes à améliorer en URGENCE : prise en compte de l’importance du facteur humain, l’assouplissement des contraintes de gestion financière, faire confiance aux professionnels de santé sur le terrain, etc. Et surtout… COMMUNIQUER !

Voilà, un peu de management fait parfois pas de mal, et on peut voir qu’avec un peu d’huile de coude, on peut améliorer des situations. 

Portrait de Mélanie Philips

Vous aimerez aussi

La mobilisation pour défendre l’hôpital public et les retraites a été massive dans la plupart des régions de l'hexagone. Tour de France des...
Au service des urgences de l’hôpital Duchenne, à Boulogne-sur-Mer, les médecins sont passés en moins d'un an de 18 à 11. 
Agnès Buzyn a annoncé ce dimanche 14 octobre qu’elle avait engagé un travail sur les rémunérations des professions médicales à l'hôpital. Tout en s’...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.