POSOS : une appli pour simplifier la prescription

C’est en lançant une réflexion sur la charge mentale chez les médecins que s’est créée l’application POSOS qui vient en appui à la prescription. On a discuté charge mentale avec Goulven de Pontbriand, Directeur Marketing et Croissance​ chez POSOS.

On parle beaucoup de charge mentale chez les médecins. « 49% des médecins ont décrit avoir des symptômes d’épuisement professionnel en 2020, contre 30% en 2018 », entame Goulven de Pontbriand.  « La charge mentale, c’est le stress, la tension que les professionnels de santé vivent au quotidien notamment quand ils doivent poser des décisions thérapeutiques. C’est souvent dû à un manque de temps et un contexte de crise de l’hôpital. La charge mentale des médecins, on en parle depuis assez longtemps mais elle a été exacerbée par des crises. On se retrouve avec des soignants épuisés alors qu’ils doivent poser des décisions importantes, notamment quand on sait qu’en France il y a un million de prescriptions par jour », nous explique-t-il. Avant d’ajouter : « la charge mentale est multi causes. Il y a des causes vraiment structurelles aux hôpitaux, avec notamment une faible digitalisation des hôpitaux. Beaucoup sont encore équipés de fax, c’est assez significatif ».

C’est dans ce contexte qu’est né POSOS. « C’est un outil d’aide à la décision thérapeutique qui simplifie les recherches d’informations médicales pour les professionnels de santé. L’idée était de proposer des réponses rapides et adaptées à chaque patient pour éviter que le médecin ne perde du temps à chercher plusieurs sources sur internet ou un logiciel. Nous disposons de 200 sources agrégées, fiables, notamment pour proposer des alternatives thérapeutiques en fonction de son patient. »

POSOS se présente sous forme d’une application sur mobile et sur ordinateur, accessible gratuitement pour les professionnels de santé. « L’interface se présente par cas d’usage. On entre par des situations concrètes de prescriptions et non par un grammage. Parmi les situations les plus chronophages pour les médecins : identifier le médicament responsable d’un effet indésirable, on veut savoir duquel il vient. Là, c’est instantané et une alternative est proposée. L’appli permet aussi de vérifier que des médicaments dans une ordonnance n’interagissent pas entre eux pour sécuriser une prescription mais également d’adapter une posologie en fonction de son patient. »

« C’est un vrai sujet, la charge mentale pèse au moment de la prise de décisions mais continue quand le médecin rentre chez lui, s’il doit se demander s’il a pris la bonne décision », conclut-il. 

Portrait de Constance Maria

Vous aimerez aussi

La thérapie numérique de Laure Bayala explique le virage technologique que l’on prend. Notre monde ressemblera-t-il au cinquième élément d’ici...

Vous croulez sous les tâches administratives, la paperasse vous écrase, phagocyte votre temps et vous étouffe à petit à feu. Au Summer Camp de la e-...

Mathieu Raad, médecin et fondateur Smartbiotic

Mathieu Raad est un jeune médecin anesth-réa, qui a choisi  de mettre son exercice entre parenthèses, le temps de lancer Smartbiotic, une appli qui...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.