Paces en IDF : les 857 recalés au tirage sont repêchés !

Ministère de l'Enseignement supérieur

Tous les candidats relevant du secteur géographique d'Ile-de-France et ayant placé PACES en vœu 1 absolu se verront finalement proposer une place le 26 juin lors de la deuxième phase d'A.P.B. Exit le tirage au sort !

Le couperet est tombé. Le Monde a révélé vendredi qu’en Ile-de-France, 857 candidats ont été recalés à l’entrée de la Première Année Commune des Etudes de Santé (Paces), à l’issue de la première phase d’admission. Un tirage au sort a décidé de leur avenir et désigné les 7 650 étudiants qui seront accueillis dans les sept UFR de santé de la région.

Dans un communiqué publié dans la foulée, la CSMF (1) s’insurge de cette sélection aléatoire à l'entrée des facs. Le syndicat de libéraux indique avoir déjà reçu « plusieurs plaintes de parents d’élèves qui voient leur enfant, souvent très bon élève, placé sur liste d’attente, alors que la médecine figure en vœu numéro un dans sa liste de choix ! ».

La CSMF ou le bureau des plaintes 

Face à cette situation injuste, son président, Jean-Paul Ortiz, demande la suspension immédiate des tirages au sort et engage les deux ministères concernés, la Santé et l’Enseignement Supérieur, à trouver rapidement des solutions pour la rentrée 2018. Un souhait exaucé puisque les tutelles n’ont pas perdu une minute pour rassurer les étudiants.

A l'initiative du ministère de l'Enseignement supérieur, une réunion rassemblant tous les acteurs impliqués dans ce dossier s’est tenue en urgence. Et les discussions ont abouti à un consensus « grâce à la mobilisation des présidents, des doyens et des recteurs franciliens », informe la ministre Frédérique Vidal.

Repêchage généralisé

« Tous les candidats relevant du secteur géographique d'Ile-de-France et ayant placé PACES  en vœu 1 absolu se verront proposer une place en PACES le 26 juin lors de la deuxième phase d'APB », poursuit l’ex-présidente de l’université de Nice-Sophia-Antipolis.

Conclusion : tout le monde est repêché ! Les étudiants qui rêvent de porter un jour une blouse blanche peuvent respirer à nouveau.

-----------------------------------------------------------------------------------------------

Les filières sous tension en baisse                  

La biochimistre Frédérique Vidal indique, par ailleurs, que le dialogue de gestion engagé depuis sa prise de fonction a permis de faire baisser très « nettement » le nombre de filières sous tension concernées par le tirage au sort. Elles étaient au nombre de 320 le 24 mai et ce chiffre a baissé à 169 au 8 juin. Soit une baisse de 47 % en moins d'un mois. La ministre de l'Enseignement supérieur a mérité le bon point de ce début de quinquennat !  

(1) Confédération des Syndicats Médicaux Français. 

Source: 

Bruno Martrette-Gomez

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Ou qui veut qu'un débutant lui en fasse une ? De la tarte...
28 heures d’affilée, qui dit mieux ?
À la veille de l’ouverture du séminaire des internes en santé publique, What’s up Doc revient sur cette spécialité qui a encore du mal à s’imposer.  

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.