Libéraux : la question des rémunérations encore sur la table

#UECSMF : Vers plus de souplesse

La Confédération des Syndicaux Médicaux Français (CSMF) tenait le week-end dernier son université d’été sur la presqu’île de Giens (Var). Parmi les réflexions au programme, la rénovation du statut de médecin libéral et sa rémunération.

« La rémunération du médecin doit forcément évoluer. Nous restons attachés à un paiement à l’acte prépondérant, car cela est la base de l’exercice libéral (…) Mais l’acte de consultation ne peut rester à un tarif unique ». Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF, a mis les points sur les i ce week-end dans le Var.

Le boss des libéraux a lancé une nouvelle idée : un « statut unique du médecin », au-delà des secteurs, avec une base de rémunération commune. Dans son discours inaugural, Jean-Paul Ortiz a expliqué que cela pourrait mettre fin aux « incompréhensions voire aux relations difficiles ville/hôpital (et) ouvrirait la possibilité d’une carrière évolutive chez le médecin ». 

La rémunération moyenne des libéraux en hausse

Sur cette base pourrait s’ajouter un tarif variable selon les activités de chacun. Mais pas de chance pour ces syndicalistes, le timing n’est pas des plus favorables. Lundi est parue une étude de la DREES selon laquelle la composante libérale du revenu d’activité a progressé en 2015, +2,5 %. « La croissance de la rémunération des libéraux a été plus forte que les années précédentes », notent ces statisticiens. Cela particulièrement pour les spécialistes (+3,4 % en un an) et les radiologues (+5,0 %).

Cette hausse ne concerne pas les pédiatres (-2,5 %), les gynécologues médicaux ou obstétriciens (-0,5 %) et les rhumatologues (-0,4 %) qui voient leur courbe piquer du nez. La tendance générale reste toutefois à l’augmentation du revenu, surtout pour les spécialistes de secteur 1 (+3,7 %). Résultat, le revenu libéral moyen s'établit à 105 100 € en 2015, à raison de 97 900€ pour les médecins de secteur 1 et 126 700€ pour ceux de secteur 2. Pour l'ensemble des spécialistes, il s'établit en moyenne à 129 800€, contre 83 200€ pour les MG.

Cette étude sera-t-elle l'occasion pour les pouvoirs publics de mettre les demandes de la CSMF sous le tapis ? La réponse viendra peut-être du Directeur de la CNAM Nicolas Revel attendu jeudi au Colloque de MG France sur les soins primaires. 

Source: 

Thomas Moysan

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Et hop plus de secteur 2 !
La magie de Noël opérera-t-elle pour inciter de jeunes médecins à s’installer en région Ile-de-France ? C’est le pari de l’URPS médecins Ile-de-...
Après la diffusion d’un reportage sur France Télévisions, le président de MG France est accusé d’inciter, ou au mieux de justifier, la réalisation d’...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.