Les serious games médicaux, ce n’est pas que pour les médecins !

Des patients aux soldats, c’est « le serious game médical pour tous »…

Zoé arrive à l’hôpital pour rendre visite à son grand-père. Mais avant d’entrer dans la chambre, une aide-soignante l’arrête : « Est-ce qu’on t’a déjà parlé des infections nosocomiales ? ». Quatre choix s’affichent sur l’écran, car bien sûr, nous sommes dans un serious game : « des infections du nez », « des allergies aux fleurs », « des virus des toilettes », ou « rien de tout cela » ?

« Le secret de l’amarante » (c’est le nom du jeu) a été conçu par la plateforme Ludomédic pour diffuser auprès du public fréquentant l’hôpital des messages concernant l’hygiène. Il est actuellement en démonstration sur Internet, et devrait d’après son éditeur prochainement être proposé aux visiteurs sur terminal multimédia dans certains établissements hospitaliers.

Mais « Le secret de l’amarante » est loin d’être le seul serious game de santé destiné à des publics autres que les professionnels de santé. Autre exemple, changement de décor : le joueur est maintenant un militaire en opération, quelque part dans le désert. Les choses se sont mal passées, il y a deux blessés et un mort. Dans une atmosphère très réaliste, le soldat doit tenter de sauver ses camarades. Objectif de cet outil développé par le service de santé des armées : apprendre aux non-soignants comment maximiser les chances de survie en attendant l’arrivée des équipes médicales.

Comme l’a expliqué le médecin chef Pierre Pasquier, qui présentait le projet en février dernier lors du 4e colloque francophone de simulation en santé, le serious game est « une solution innovante et économique, même si on n’a aucune volonté de remplacer l’entraînement physique ». Un peu comme pour la formation médicale, en somme, dans laquelle les écrans ne remplaceront jamais complètement l’apprentissage au chevet du malade…

Source: 

Adrien Renaud

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Non payés par le CHU de Bordeaux, les externes doublants se rebellent
Polémique TV et TR, le témoignage d’une interne en CHU

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.