Le président de l'Anemf destitué : "Nous avions espoir que cela n’arrive pas"

Le président, Nicolas Lunel, a été destitué dimanche 13 mars de l’Association nationale des étudiants en médecine de France (Anemf) lors de Journées étudiantes de printemps. Une nouvelle aussi soudaine pour son président que pour le bureau de l’Anemf.

« Cette nouvelle est énorme ! Nous avions espoir que cela n’arrive pas, c’est extrêmement rare. La dernière fois que cette décision a été prise c’était en 2014 » rapporte, encore sous le coup de la nouvelle, Joséphine Breda secrétaire générale de l’Anemf devenue Présidente par intérim le temps des élections.

Le système est ascendant au sein de l’organisation des étudiants de médecine. « Le bureau de l’Anemf porte la voix de ses administrateurs issue des différentes facultés de médecine en France » explique-t-elle.  

Nicolas Lunel, étudiant toulousain, a été destitué pour « un ensemble de petites choses » comme « sa position vis-à-vis de rendez-vous ministériel qui ne correspondait pas à ce que les administrateurs avaient dicté ». À cela s’ajoute « un manque de transparence et d’écoute ». Il avait emménagé à Paris pour mener à bien ses fonctions pendant son année de césure.

Le bureau, constitué de 29 personnes, tient à dire « qu’il était apprécié de tous. Il avait bien géré la partie relationnelle au sein du bureau. La défiance était contre son travail pas sa personne. »

Joséphine Breda sera présidente jusqu’à la prochaine élection qui aura lieu le 30 mars au soir. D’ici là « Nous nous sommes réunis et répartis les tâches. Nous ne raterons rien de ce qui était prévu. Moi je vais m’occuper de la partie coordination et ceux sur Paris de la partie politique. »

Au programme : réforme du deuxième cycle, organisation des ECN, accès aux soins et désert médicaux. À présent « le plus important, c’est l’avenir. Le tournant que l’on va prendre. Nous comptons assurer jusqu’à la fin » conclut Joséphine Breda.

 

 

Portrait de Albane Cousin

Vous aimerez aussi

CHU de Poitiers
Par JIM

Ce ne sont pas des admonestations symboliques qui ne changeront rien, mais bien de véritables sanctions qui sont une reconnaissance de la gravité des...

Raphaël Presneau, est depuis, début juillet, président de l’ISNAR-IMG. Une occasion pour rencontrer cet interne en médecin gé de 25 ans, connaitre...

Le crépuscule de Didier Raoult

Après deux ans de polémiques, l'Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection (IHU) s'apprête à tourner la page Didier Raoult à Marseille,...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.