La décarbonation de l’hôpital : et si le système de santé se mettait (enfin) au vert ?

Quel est l’impact carbone de votre établissement ? Si vous vous êtes déjà posé cette question, vous vous demandez sûrement comment faire pour la réduire. Le Comité pour le Développement Durable en Santé (C2DS) a présenté des pistes lors d’une conférence de presse ce mercredi 9 juin.

La crise sanitaire aura eu le mérite de remettre le débat environnement et santé en plein cœur de l’actu. Le C2DS, association à but non lucratif, travaille depuis plusieurs années à la décarbonation de l’hôpital, « une priorité », selon François Mourgues, son président et ancien directeur du centre hospitalier d'Alès-Cévennes.

Dans un sondage réalisé par le C2DS, intitulé : « Demain, quel système de santé voulez-vous ? ». 88% des interrogés déclarent vouloir un établissement exemplaire en termes de « gestion de déchets, des transports, de la consommation d’énergie, de la qualité́ de vie au travail, etc ». 51,7% déclarent déjà agir pour réduire les impacts, 15,3% veulent commencer sans attendre et 23,3% disent vouloir agir mais ne pas savoir comment.

« Nous voulons informer et sensibiliser, promouvoir les bonnes pratiques et mettre en place une boîte à outils construite par les professionnels de santé pour leurs pairs », a expliqué Véronique Molières, directrice du C2DS, lors de la conférence.

Cependant Olivier Toma, Fondateur et chargé du plaidoyer du C2DS et ancien directeur d'établissements hospitaliers, dont la maternité Champeau à Béziers, pointe du doigt certaines lacunes, notamment la non-connaissance de la consommation d’énergie des établissements ou encore les facteurs d’émission des dispositifs médicaux et des médicaments. « Personne ne connait la consommation d’énergie du secteur, il est impossible de décarbonner le secteur de la santé à l’heure actuelle, mais nous avons des pistes », a-t-il déclaré. Cela devrait notamment passer pour lui par « l’obligation de l’étiquetage de l’emprunte carbone aux fournisseurs de médicaments et matériels pour prendre des décisions éclairées ».

Egalement présente à cet événement en ligne, Edith Bayard, référente développement durable au Centre Oscar Lambret (59) a témoigné de quelques mesures mise en place dans son établissement comme l’instauration des « jeudis bio » au self, augmenter la fréquence des repas végétariens, recyclage des huiles alimentaires pour produire du bio-diesel ou encore des communications et sensibilisation du personnel notamment pour les transports avec des challenges pour encourager l’utilisation du vélo.

Pour conclure, Olivier Toma a présenté les pistes principales à mettre en place au niveau des autorités :

  • « Former les professionnels de manière initiale et continue ;
  • Engager massivement les industriels et imposer l’affichage de l’emprunte carbone ;
  • Financer l’exemplarité et créer des règles d’écoconditionnalité, inclure l’emprunte carbone dans les appels d’offre ; 
  • Un pilote et des moyens adaptés : actuellement il y a un plan environnemental qui est vide. Le sujet doit être piloté par des gens compétents en relation directe avec le terrain ».

« En l’état actuel, rien ne changera, il faut un modèle de financement et des outils qui fonctionnent », conclut Olivier Toma.

Portrait de Constance Maria

Vous aimerez aussi

Les établissements de santé français prennent la direction du covoiturage. Depuis 2017, trente d’entre eux ont souscrit au service de l’entreprise...

Le CH de Crest, petit établissement niché dans la Drôme, souhaite attirer de nouveaux talents. Un objectif que la direction tente de remplir en...

Optimiser la qualité des soins, cela passe par les retours d’expériences des professionnels de santé… mais aussi des patients. Une dernière voix que...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.