La chasse aux futurs internes est ouverte

Angers drague les jeunes à coups de web-série

Les ex-D4 s’apprêtent à choisir leur lieu d’internat. Pour attirer les meilleurs éléments, le CHU d’Angers mise sur les réseaux sociaux : il a annoncé aujourd’hui le lancement d’une web-série, diffusée sur YouTube, pendant l’été afin mieux faire connaître le chef-lieu du Maine-et-Loire.

 

Changement de statut pour les ex-D4. Après avoir joué les cobayes lors des premières ECN informatisées, les voilà devenus l’objet de toutes les sollicitudes : chaque établissement espère attirer les futurs internes les plus prometteurs dans ses filets. Pour les convaincre de choisir le Maine-et-Loire, le CHU d’Angers mise sur la viralité. Il vient en effet d’annoncer le lancement d’une web-série au ton décalé : « Céline choisit son Internat » (voir vidéo de teasing ci-dessous).

Les Angevins n’en sont pas à leur coup d’essai sur YouTube : ils avaient déjà frappé un grand coup l’année dernière avec leur campagne #Adopte1PUPH. « Cela avait été un énorme succès, les vidéos ont cumulé 100 000 vues et les retours ont été extrêmement positifs », se souvient Yann Bubien, DG du CHU. Cette année, le contenu sera plus informatif, mais toujours aussi décalé, promet-il.

Un feuilleton en cinq épisodes

Cinq vidéos seront diffusées à partir du mois de juillet, au rythme d’une par semaine. Les internautes y suivront les aventures de Céline, future interne qui réfléchit à son lieu d’affectation en s’aidant d’internet… « Elle s'éloignera un peu plus à chaque clic de sa requête initiale », explique-t-on du côté du service com’ du CHU d’Angers. « Elle tombera sur des pages instructives, et sur d'autres beaucoup plus insolites »

Coproduite par l’hôpital et la fac de médecine, cette web-série a pour ambition de mieux faire connaître une ville qui souffre d’un déficit de notoriété. « Grâce à nos vidéos, beaucoup de futurs internes auront au moins entendu parler d’Angers avant de faire leur choix », espère Yann Bubien.

Angers bientôt en tête du classement What’s up Doc ?

Et le directeur de remarquer que l’année dernière, après son effort de communication sur YouTube, son établissement avait gagné neuf places au classement What’s up Doc des hôpitaux préférés des jeunes médecins. « Ce résultat n’est pas uniquement dû à la campagne #Adopte1PUPH », souligne-t-il. « Mais celle-ci a contribué à mettre en valeur le CHU et la ville. »

Comme l’année dernière, les vidéos ont été produites en interne, et le DG affirme que le budget de cette campagne est resté raisonnable : « Dans les 8 à 10 000 euros », estime-t-il. Rendez-vous le 20 juillet pour le premier épisode !

Source: 

Adrien Renaud

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Cheffe de clinique en psychiatrie à l’hôpital Sainte-Anne (Paris), le Dr Anne-Sophie Gallet, 32 ans, replonge dans ses souvenirs d'interne.
Entretien avec Didier Bouhassira
... mais n'a pas encore traversé l'Atlantique

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.