La casse du service hospitalier persiste !

Les urgentistes tapent du poing !

Un bassin de 50.000 habitants privé de son service d’urgences ! C’est le coup de gueule de notre association des médecins urgentistes de France (AMUF) devant la fermeture programmée des urgences du Centre Hospitalier de Pont à Mousson (54) faisant suite au même risque de fermeture pour les urgences de l'Hôtel Dieu (Paris), ou de Wattrelos (Nord). L’AMUF est généreuse dans la formule de son communiqué de presse : "la casse du service publique hospitalier voulue par les néo-libéraux, dont Roselyne Bachelot, persiste". Des phrases violentes comme on les aime ; il est certain qu’il y a matière à s’inquiéter pour nos patients de cette région s'il n’y avait pas d’autre projet de développement d’urgences dans la région…

Source: 

Wjhat's up doc - publié par JR

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Des étudiants (en santé) dans les écoles
Une centaine de médecins, dont des personnalités politiques et médiatiques, signent une tribune appelant au « devoir de désobéissance éthique »...
Le gouvernement impose à la Caisse autonome de retraite des médecins de France (Carmf) de ne plus collecter les cotisations des médecins libéraux. Un...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.