Je suis résolument optimiste… mais quand même

Article Article

L'édito de Matthieu Durand, directeur de la publication. Pour lire What's up doc N°56, c'est ici et c'est gratuit !

Je suis résolument optimiste… mais quand même

J’ai toujours envie de crier que notre métier est génial et qu’il faut le faire. J’ai toujours envie de le dire et de convaincre qui veut l’entendre… mais j’avoue que maintenant j’ai parfois du mal à me convaincre moi-même.

Programmer, déprogrammer… Reprogrammer puis redéprogrammer des patients parce que… Covid, parce que… manque de personnel… parce que… retour au « 7h42 » au sortir du plan blanc et moins de soignants que prévu à la sortie des écoles… parce que… fermeture des lits d’hospit’ qui ne rouvrent jamais… parce que toujours une nouvelle raison !

… Lassitude…

Quand tout est instable, on a du mal à garder l’équilibre soi-même. Aussi génial soit notre métier, on frise la folie quand il devient si difficile de l’exercer.

Le Ségur devait apporter une réponse que tous, nous attendions. Dans les faits, à l’ère après-Covid, le mal-être frissonne toujours.

Les départs massifs des personnels, de tous les personnels, de tous les établissements rendent la tâche impossible. D’absence en absence, on compose pour maintenir intacte une toile qui ne cesse de se déchirer.

Je ne voudrais pas transmettre ce message pessimiste aux générations qui arrivent. Je voudrais croire que ce n’est que temporaire. Mais le temps semble s’éterniser.

Les 10 ans à venir sont pleins de promesses et d’annonces d’innovations qui vont changer le métier. J’espère seulement que la révolution qui est en train de s’opérer verra le jour dans un délai compatible avec le nôtre sur le terrain.

Ainsi donc, comme beaucoup… j’attends. Parce que je suis résolument optimiste.

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers