Hélène Drouin, interne en anest'-rea veut gravir l'Everest pour la recherche

Hélène Drouin est en deuxième année d’internat en anesthésie-réanimation au CHU de Dijon. La jeune femme de 26 ans s’est fixé un nouvel objectif en associant ses deux passions: la médecine et le sport. En effet, Hélène se lance dans une sacrée expédition : gravir le plus au sommet du monde, dans le but de soutenir la recherche ! Eh oui, l’Everest évidemment ! Allez, on en découvre un peu plus sur ce projet !

 

What’s up doc: comment est née cette idée? 

Hélène Drouin: j’ai plusieurs choses qui me motivent dans ce projet. Ça fait quelques années, qu’au niveau sportif je fais des épreuves un peu plus difficiles. L'alpinisme est quelque chose qui me plaît énormément, être sur les glaciers a quelque chose qui me fait vibrer. Il se trouve que le dernier sommet que j’ai fait c’était un 7100 mètres, c’était le pic Lénine au Kirghizistan. La suite après un 7100 mètres, c’est à 8000 mètres, donc j’allais dans tous les cas faire le mont Everest à un moment donné. Il y a aussi le contexte qui joue. Je suis interne en anesthésie-réanimation, et je prends progressivement conscience de l’importance de soutenir la recherche. 

WUD: pourquoi cet intérêt pour la recherche? 

H.D. : j’ai fait un stage en recherche médicale via un cursus particulier, qui sélectionne les étudiants dans leur deuxième année de médecine, pour essayer de les encourager à avoir une approche un peu plus scientifique de la médecine. Grâce à ce cursus, j’ai fait un stage dans la recherche médicale en troisième année. Pendant trois mois, j’ai rejoint l’équipe de l’unité de recherche médicale Inserm U1052 à Lyon. C’est dans ce cadre là que j’ai rencontré le Professeur Zoulim, chercheur en virologie hépatique et ça m’a beaucoup plu. C’est pour cette raison que si je monte un projet pour moi, que j’arrive à lever des sponsors, je ferai également un appel au dons qui ira directement à cette unité de recherche. 

WUD: où en êtes-vous dans la préparation de ce projet?

H.D. : je suis dans la phase de préparation, en ce moment je suis concentrée dans la levée de sponsors. Je rencontre des sportifs de haut niveau, je fais des interviews et les diffuse dans la presse et sur les réseaux. Je commence aussi à me préparer physiquement avec des stages prévus cet été à Chamonix ainsi que de la remise en forme en trail. Les phases suivantes seraient, si j’ai les sponsors, la préparation du matériel dans un premier temps, et puis l'intensification de la préparation physique.

WUD: vous serez encadrée durant l’expédition?  

H.D. : oui, je vais partir avec une structure américaine, une grosse structure qui permet d’assurer toute la logistique sur place et puis avec des guides locaux. C’est un organisme qui fait ça, ça permet de faire l’expédition dans des conditions plus sécur’, on est encadré par des professionnels.

WUD: combien de temps ça va durer ? Et les études dans tout ça?

H.D. : l’expédition va durer 10 semaines. Le temps de s’acclimater puis d’avoir suffisamment de marge de manœuvre pour atteindre une météo favorable. Il se trouve que je vais prendre six mois de dispo’ à partir de novembre. 

WUD souhaite bonne chance à Hélène, qui espère être la 12e femme à gravir l’Everest. Toute l’équipe est derrière toi !
Si vous avez envie de donner un coup de pouce à Hélène ou en savoir plus, rendez-vous sur son site 
 
Portrait de Mélanie Philips

Vous aimerez aussi

Des urgences à l’ultra-trail
Vin, de son nom d’artiste Vintage Tran, est un des vidéastes de la French Freerun Family, une équipe professionnelle d’athlètes internationaux...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.