Harcèlement sexuel : l’hôpital public dit stop

« Extrême vigilance » au sommet

Les acteurs de la médecine hospitalière publique française ont signé un communiqué pour condamner le sexisme et les actes de harcèlement sexuel en blouse blanche. Ils souhaitent une prise de conscience et en appellent à la responsabilité de chacun.

Après l’InterSyndicale Nationale des Internes (ISNI) qui lance son enquête, le Conseil National de l’Ordre des Médecins, « totalement engagé dans la prévention des violences faites aux femmes », le directeur général de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AH-HP) Martin Hirsh qui parle d’un « problème », c’est au tour des patrons du secteur hospitalier public de s’élever contre le sexisme ambiant qui règne dans les couloirs des CH.

Les co-signataires, au nombre de huit, ne sont pas inconnus au bataillon. On y compte le patron des patrons des établissements publics pour personnes âgées et handicapées Daniel Cassé, le président des présidents de CME de CHU Michel Claudon, le président des présidents de CME de CH Thierry Godeau, le président des présidents de CME de CHS Christian Müller, le président des directeurs généraux de CHU Jean-Pierre Dewitte, la patronne des directeurs de CH Zaynab Riet, le président de l’association des établissements participant au service public de santé mentale Pascal Mariotti, et en guest-star : le président de la Fédération Hospitalière de France (FHF) Frédéric Valletoux.

Accompagner les victimes dans leur démarche de signalement

En réaction aux témoignages de sexisme et aux actes de harcèlement sexuel perpétrés à l’hôpital public, tous font part dans un communiqué diffusé lundi « de leur détermination à prévenir et à sanctionner ces pratiques ». Ils expliquent tenir « à faire savoir qu’ils accompagneront les victimes dans leur démarche de signalement et leur apporteront le soutien institutionnel qu’elle sont en droit d’attendre. »

Alors que des polémiques sur les fresques grivoises des salles de garde refont surface dans l’actualité médicale, les cadres de l’hospitalisation publique veulent que « soient garanties aux étudiants et stagiaires durant leur cursus des conditions d’accueil et d’accompagnement respectant leurs droits, dépourvues de sexisme, de dégradation ou d’humiliation. » Ils rappellent les valeurs du service public «  que sont la bienveillance, l’humanité et la solidarité. » Dont acte.

Source: 

Thomas Moysan

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Le déficit des hôpitaux publics s’accroit avec la T2A ? Les hôpitaux ne peuvent maintenir une situation financière proche de l’équilibre ? Vrai ou...
L’intersyndicale et la direction du CHU de Guadeloupe sont finalement tombés d’accord pour sortir de la grève qui durait depuis plus de deux mois....
Lors de la réunion plénière de ce jeudi du Ségur de la santé, Olivier Véran a confirmé la mise en place d'un numéro unique dans le cadre du service d...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.