ECNi, rancunes et frustrations

La procédure Celine est ouverte

La procédure de simulation des choix d’internat est ouverte, et beaucoup de candidats aux ECN ont déjà formulé leur voeux. Nouvelles angoisses et réactions sur Twitter sont au programme.

« J'hésite entre la psychiatre, la pédiatrie ou les maladies infectieuses et tropicales », confiait au Quotidien du médecin Alexis Maillard, major des ECNi 2018 à l’issue des résultats. Comme 3 352 autres candidats, il a simulé son choix de poste via la procédure Celine. Et à ce stade (jeudi 19 juillet, 13h), il semble s’orienter vers de la pédiatrie, en Île-de-France.

Serait-il en pleine hésitation ? Cherche-t-il à brouiller les pistes ? Dr_Chaton, sur Twitter, s’amuse à suivre d'apparents errements. S'il nous dit la vérité, on peut confirmer son commentaire : « Il est indécis le bougre ».
 

Les commentaires se multiplient sur le réseau social. Löeffler s’étonne de certains choix.

 
Qui prend quoi et où ?

Parmi les meilleurs classements, on retrouve radiologie à Toulouse pour le 3e, neuro à Lille pour le 5e, hépato-gastro en Île-de-France pour le 6e. La première place de maladies infectieuses et tropicales, le choix du major 2017, n’est cette année prise qu’en 22e position.

La première med gé, pour l’instant 62e, se dirige vers Toulouse, et la première chir plastique n’est pas loin devant, classée 56e. Pour la psy, il faut aller chercher la 71e, qui ira du côté de Paris. À l'autre bout du tableau, le 8 615e a tenté cardio à Paris. Il est 23e sur 35, et on lui souhaite le meilleur.

Classé 763e, Vinceffelstein en veut au 33e, qui lui pique une place d’ophtalmo à Bordeaux. Il est pour l'instant 2e sur la liste qui ne compte que 8 places. Suffisant pour faire monter la pression, apparemment !

 
 
 
On regarde les autres, on se toise, on se déteste, on aime les MG des premiers rangs... Bref, on fouine, et What’s up Doc aussi, Loeffler.
 

 

Mais pas trop quand même. Allez les internes, faites vos voeux, lâchez le classement et prenez des vacances ! Vous en aurez bien besoin pour la suite…

 

Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

La campagne décalée du CHU d'Angers
Valérie Brouchoud, présidente de Doctissimo, milite pour la notation des médecins
Elias Fattal, Professeur de Pharmacotechnie à la Faculté de Pharmacie Châtenay-Malabry, répond aux questions de What’s Up Doc

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.