Chir plastique : Denis Furtado en cavale

Le Dr Bumbum a la police brésilienne aux fesses

Denis Furtado, un Brésilien connu des réseaux sociaux, est recherché par la police du pays depuis le décès d’une de ses patientes, qu’il avait opérée clandestinement dans son appartement de Rio de Janeiro.

Il avait déjà ses petits surnoms en anglais : Dr Bumbum et Dr Butt. Il a désormais trouvé le sien en France, un peu plus ringard : Dr Popotin. Denis Furtado, Brésilien de 46 ans, s’était fait une petite réputation dans son pays. C’est une petite star sur les réseaux sociaux, avec près de 50 000 abonnés sur Facebook et plus de 650 000 sur Instagram.

Il est désormais connu dans le monde entier, mais il se serait bien passé de cette publicité. Lilian Quezia Calixto, une femme de 46 ans, est décédée sur le billard lors d’une opération de remodelage des fesses. Ce qui peut malheureusement arriver. Le problème, c’est que l’opération a eu lieu chez le Dr Bumbum, dans son appartement de Rio de Janeiro, de manière clandestine. Et pour en rajouter une couche, il ne serait pas non plus enregistré comme chirurgien esthétique, d’après la Société brésilienne de chirurgie plastique.


Le Dr Bumbum (Source : Facebook)

Opération clandestine est risquée

Après l’opération, la patiente aurait fait un malaise. Une caméra de sécurité a enregistré des images de Denis Furtado, sa mère et sa compagne la déposant à l’hôpital Barra d’or de Rio, où elle décèdera quelques heures plus tard après quatre arrêts cardiaques.

Le Dr Bumbum avait pratiqué des injections de PMMA, du polyméthacrylate de méthyle, technique largement contestée dans le monde entier. La Société brésilienne de chirurgie plastique avait « alerté à de multiples reprises les risques » liés à cette procédure.

D'autres poursuites au c**

Aux dernières nouvelles, le charlatan serait toujours en cavale. Mais la police a annoncé qu’elle était « sur ses traces ». « Nous l’aurons bientôt », a déclaré Adriana Belem, enquêtrice chargée de l’affaire, qui se languit de l’attraper par la peau des fesses.

À noter, la belle intervention de son avocat : « Toute conclusion sur la mort de Lilian Calixto et la responsabilité éventuelle de mon client sur ce décès est prématurée ». Son client est déjà poursuivi dans d’autres provinces brésiliennes, notamment pour exercice illégal de la médecine.

Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Déclarés morts, mais Sean Connery
Un sac à dos, quelques capteurs, et volez jeunesse !

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.