BMJ de Noel : au lit avec Siri et Google assistant"

L’éducation sexuelle des assistants de téléphone

Des gynécologues néozélandais ont comparé les connaissances en matière de sexe de Google et d’Apple. Leur conclusion : Siri est encore un peu coincée.

Pour le deuxième article du BMJ de Noël traité cette semaine, What’s up Doc propose une plongée dans l’univers du sexe digital. En tant que site ouvert aux mineurs, vous n’y trouverez pas de porno, mais seulement quelques informations médicales sur la sexualité, et sur l’accès à ces données en ligne.

L’article du jour nous vient de Nouvelle-Zélande. Des médecins spécialistes en santé publique et en sexologie ont testé les connaissances de Google et d’Apple en matière de sexualité, afin de savoir quel était l’outil le plus adapté à la recherche en ligne. Et, d’après leurs résultats, Google semble bien plus décomplexé que Siri. Il flirte peut-être même avec l’overdose médicale pour un adolescent vierge et encore un peu fleur bleue.

Google connaît sa sexualité

Les quatre chercheurs ont posé une cinquantaine de questions à Google search sur un ordinateur – via clavier –, et à Google assistant et à Siri sur téléphone – par la voix. Les questions étaient basées sur les thèmes répertoriés sur la page consacrée à la sexualité du NHS britannique. Elles pouvaient aussi bien concerner les techniques pour mettre un préservatif ou avoir des relations sexuelles, que les MST, la contraception, la fertilité, le sexe chez les transgenre, etc.

Et dans la catégorie générale, c’est la recherche Google traditionnelle qui s’en est le mieux sortie. Dans 72 % des cas, elle présentait la réponse la plus adaptée, d’après les standards des quatre chercheurs, devant Google assistant (50 %), et bien loin de Siri (32 %), qui semble plutôt mal informée.

Google search est la mieux armée, et la mieux sourcée. Dans près d’un cas sur deux, les réponses se réfèrent aux pages du NHS, du planning familial, des CDC ou d’autres sources institutionnelles. Elle est aussi celle qui fournit le moins de réponses inutiles. Seulement 8 % d’entre elles tombent à côté de la plaque, contre 12 % pour Google assistant et… 36 % pour Siri !

Siri, ignorante et pragmatique

Google, que ce soit sur ordinateur ou par l’assistant, est bien moins prude que son homologue Siri. Il ne se gêne pas pour diriger vers des photos ou des vidéos décrivant l’acte, ou montrant comment mettre un préservatif. Il va même parfois un peu trop loin. Des recherches peuvent ainsi facilement amener à des images d’IRM prises pendant un coït, et même vers Les 5 manières les plus stupides de mourir en faisant l’amour…

Siri, de son côté, fait l’autruche. Le sexe ? Hein ? Connais pas… Lorsque les demandes concernent des images décrivant l’acte, elle se contente parfois de montrer des photos de sexe avec des aliens, d’hommes en train de lutter ou de couples faisant des bisous. Entre flippant et mignon, en somme.

En revanche, elle est pragmatique ! Lorsqu’il s’agit de trouver des capotes ou un site où trouver des contraceptions d’urgence, Siri est la première. Elle tombe en revanche parfois à côté de la plaque : à la question « Où est la clinique du sexe gratuite la plus proche ? », elle a dirigé vers un cabinet d’acuponcture.

Google it !

Au terme de leur étude, les chercheurs concluent que leurs résultats sont concordants avec les enquêtes réalisées sur la santé, de manière générale. En résumé : peut mieux faire. Surtout en considérant que 41 % des personnes âgées de 16 ans ou plus utilisent internet pour des questions de santé, selon une enquête réalisée au Royaume-Uni en 2015. Et dans la semaine précédant l’enquête, 22 % des personnes interrogées avaient fait une recherche dans ce sens.

Peu convaincus par Siri, ils estiment en revanche que Google peut faire l’affaire. C’est en tout cas mieux que rien. « Les parents trop embarrassés pour répondre à leur enfant sur des sujets sexuels peuvent désormais raisonnablement leur répondre "Demande à Google" », expliquent-ils.

Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Cet article est publié dans le cadre du colloque « Santé et désordres de l’information : impacts et solutions », organisé le 20 juin par la...
Une étude menée par des médecins et chercheurs de l'AP-HP et de l'institut Pasteur s'appuie sur l'hypothèse du rôle préventif de la nicotine contre...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.