Attaque à Marseille : la communauté médicale indignée

Deux carrières médicales brisées

Dimanche, Mauranne et Laura, respectivement étudiantes en médecine et en soins infirmiers, ont été tuées lors d’une attaque à l’arme blanche revendiquée par l’État Islamique. La ministre de la Santé et sa collègue de l’Enseignement supérieur ont exprimé « leur profonde tristesse et leur indignation ».

« Les deux jeunes femmes se destinaient à des métiers tournés vers les autres », expliquent Agnès Buzyn et Frédérique Vidal, dans un communiqué commun, « après l’acte barbare perpétré hier à la Gare de Marseille Saint-Charles ». Les victimes étaient « deux cousines âgées de 20 ans ». L'une était venue rendre visite à l’autre, a indiqué le procureur de Paris François Molins. 

Des cellules de soutien psychologique mises en place

La ministre de l’Enseignement supérieur et sa collègue de la Santé « expriment leur profonde tristesse et leur indignation ». Mauranne étudiait en 3ème année de faculté de médecine à Marseille et Laura était élève à l'IFSI (1) Rockfeller de Lyon. « Cet assassinat est odieux et lâche ». 

Les ministres ont indiqué que les établissement où elles étaient scolarisées ont mis en place des cellules de soutien psychologique, « afin d’accompagner au mieux ceux qui en ont besoin ». L’Ordre national des infirmiers (ONI) a tenu a apporté sur Twitter son soutien «  aux familles et proches » des deux jeunes femmes. La rédaction de What's up Doc s'associe à ces messages de soutien.

« La violence gangrène notre monde », regrette le président de l'ONI Didier Borniche. Le parquet de Paris à ouvert une enquête préliminaire pour « assassinats en relation avec une entreprise terroriste ».

(1) Institut de formation en soins infirmiers. 

Source: 

Thomas Moysan

Portrait de La rédaction

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.