Agnès Buzyn : Je m'en fous, je le fais quand même !

Et tout le monde vaccinera

La ministre de la Santé a demandé à la Haute autorité de santé (HAS) d’étudier l’élargissement des prérogatives des infirmiers et des pharmaciens concernant la vaccination. Petit soufflet pour MG France.

What’s up Doc faisait récemment état des doutes émis le 15 février dernier par le syndicat MG France concernant les premiers résultats de l’expérimentation vaccinale antigrippale chez les pharmaciens. Moins d’une semaine plus tard, Agnès Buzyn fait comme si de rien était.

Ce mardi, la secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées a parlé en son nom lors de questions orales à l’Assemblée nationale. Geneviève Darrieussecq a signalé qu’Agnès Buzyn avait saisi la Commission technique des vaccinations de la HAS en vue d’une extension des compétences vaccinales des pharmaciens, et des infirmiers. Ce qui ne va sans doute pas plaire au syndicat.

Des chiffres intéressants

Les infirmiers peuvent déjà vacciner les personnes « pour lesquelles la vaccination antigrippale est recommandée dans le calendrier des vaccinations », précise la loi, sans prescription en provenance d’un médecin, à l’exception des primo-vaccinations et des femmes enceintes. Ils sont aussi habilités à  réaliser tous les autres vaccins sur prescription. Les pharmaciens de deux régions (Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle Aquitaine), où une expérimentation est en cours, peuvent également vacciner les contre la grippe (sauf femmes enceintes, primo-vaccinés et personnes à risque immunitaire ou allergique).

Les chiffres semblent confirmer l’utilité du dispositif : « La part des vaccinations contre la grippe saisonnière réalisée par les infirmiers augmente depuis plusieurs années et représentait 23 % des vaccinations en 2016 », a déclaré Geneviève Darrieussecq. Plus de 150 000 patients ont également été vaccinés par les pharmaciens dans les deux régions test.

Tout bénef’ ?

Les infirmiers demandent depuis longtemps l’élargissement de leurs compétences aux adultes en bonne santé, notamment pour l’entourage des personnes fragiles qu’elles vaccinent déjà contre la grippe. Ils souhaitent également pouvoir effectuer les rappels pour les autres vaccins.

Les pharmaciens, qui semblent avoir adhéré à l’expérimentation, ne seront sans doute pas opposés non plus à une extension de leurs prérogatives.

« La consultation des Ordre professionnels sera bien sûr conduite, afin d’aboutir à des propositions rapides, qui semblent de bon sens pour l’avenir », a conclu Geneviève Darrieussecq. Avec l’espoir de toucher plus de patients, notamment ceux qui consultent rarement leur médecin, et de faire des économies de consultations médicales.

Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de La rédaction

 

Vous aimerez aussi

Formations ou expériences ? C'est sûr, la différence n'est pas toujours une évidence. Et pourtant, va bien falloir s'forcer pour les distinguer car...
Sauf retournement de situation...
Le Dr Jean Paul Ortiz tente de redorer le blason de l’exercice libéral

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.