Agnès Buzyn fait du pied aux hospitaliers

Et ils aiment ca

Dans son discours d’ouverture de la Paris Healthcare Week, la ministre de la Santé a tenu à rassurer les directeurs d’établissements hospitaliers : elle les soutiendra, notamment dans la réforme du système de santé. Après les libéraux, l’opération séduction continue.

Depuis son installation avenue Duquesne, Agnès Buzyn s’est employée à rétablir le dialogue entre le ministère et ses interlocuteurs, en particulier les médecins. En renonçant au TPG obligatoire, elle est rentrée dans les bonnes grâces de la plupart d’entre eux, même s’ils restent sur leurs gardes, à l’affût d’un faux pas.

Le faux pas, c’est peut être Thomas Mesnier, député de la Charente, qui l’a fait pour elle dans son rapport sur les soins non programmés, commandé par le Gouvernement. Les syndicats et les généralistes, notamment ont vivement réagi à sa présentation. Mais par la même, elle semble s’être attirée les faveurs des hospitaliers.

En introduction de la Paris Healthcare Week, le rendez-vous annuel des hospitaliers, elle a tenu à les bichonner.

La ministre fait le premier pas

Une petite touche de séduction, en affirmant haut et fort qu’il lui est impossible de nier les difficultés que vivent les établissements hospitaliers et Ehpad, mais regrettant l’hôpital bashing. « Je suis, et je serai toujours la première à défendre le travail difficile des directeurs d’établissements sanitaires et médico-sociaux, et des présidents de commissions », a-t-elle notamment déclaré, tout en fustigeant les médecins remplaçants et leur « chantage » sur les rémunérations.

Un peu de pommade également sur la blessure du CHU de Grenoble et de son management. Alors que certains de ses propos auraient « parfois été mal interprétés » par le passé, notamment dans un sens qui mettait en opposition les directions et les équipes médicales, elle a tenu à affirmer son « soutien à la communauté hospitalière dans son ensemble ».

… et trouve son interlocuteur

Et elle a trouvé à qui s’adresser. Frédéric Valletoux, le président de la Fédération hospitalière de France (FHF) qui organise la Paris Healthcare Week, s’est voulu optimiste sur leur relation au cours d’un discours, précédent celui de la ministre. « Les hospitaliers attendent beaucoup du Président de la République et du Gouvernement », a-t-il souligné, après un mandat de Marisol Touraine qu’il a qualifié de « rendez-vous raté ».

Mode de financement, pertinence des soins, ressources humaines. Ces trois domaines ont été présentés par M. Valletoux comme les leviers principaux pour améliorer les conditions d’exercice dans les hôpitaux et leur bon fonctionnement au coeur du système de santé. Et ça tombe bien ! Agnès Buzyn a l'air d'accord… FHF et ministère sont au diapason.

Et la FHP également ! « Agnès Buzyn a réaffirmé des grands principes avec lesquels nous sommes en phase » note Lamie Gharbi, son président, dans un communiqué. Nous restons vigilants pour la suite, mais confiants ! »

Une lune de miel s’achève, une autre commence.

Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Véronique Lefebvre des Noettes, Université Paris-Est Créteil Val de Marne (1)
Hédonistes, désintéressés, moins ambitieux…
Une organisation opaque pour des bénéfices qui le sont tout autant…

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.