Une future alliance entre l'Etat et le secteur privé ?

Dernier volet du rapport Couty

"Conforter avec l'Etat au niveau central, et avec les Agences Régionales de Santé au niveau régional, des relations basées sur une plus grande confiance". Le dernier volet du rapport Couty propose d’offrir plus d’importance aux ARS dans leur organisation des soins. Il explique que nos rapports conflictuels de médecins avec l’ARS sont surtout liés aux administratifs de l’hôpital…

 "Le regard des hospitaliers en direction de la tutelle n’est pas empreint de confiance. Il en est de même de la part des tutelles à l’égard des établissements hospitaliers.

La réalité de la politique contractuelle est, le plus souvent, perçue aujourd’hui au travers du filtre des contrats de retour à l’équilibre financier, certes toujours absolument nécessaires, mais qui imposent aux établissements des mesures de court terme sans réflexion stratégique de moyen terme, ni perspectives après le retour de l’équilibre financier. Alors que les directeurs généraux des ARS soulignent l’importance du dialogue avec les responsables hospitaliers, les acteurs de proximité sont parfois moins dans l’échange et la recherche de compromis que dans la pratique d’une tutelle pointilleuse.

L’Etat au niveau centralpourrait avantageusement prendre quelques dispositions importantes dont certaines ont déjà été évoquées:

- Fixer les objectifs et rendre les arbitrages de niveau politique

- Respecter le calendrier budgétaire

- Stabiliser les tarifs sur une durée minimum (sauf sortie du cadre de l’ONDAM)

- Stabiliser les règles d’attribution des dotations

- Expliquer, accompagner, fournir les outils pour la mise en place sur le terrain des orientations de la politique de santé

- Former

- Evaluer et ajuster

- Encourager les initiatives et les innovations locales

- donner aux ARS de réelles marges de manœuvre dans le cadre d’objectifs généraux et de principes de méthode d’action clairement définis

- assurer pour les responsables hospitaliers une meilleure visibilité pour la gestion des établissements.

Une autre piste de réflexion porte sur les coopérations entre établissements, qu’ils soient publics ou privés. La méthode pourrait consister à faire en sorte que l’ARS fixe l’objectif en termes d’offre de soins sur un territoire. Charge ensuite aux établissements de se concerter et de proposer des coopérations à l’ARS, qui valide les solutions.

Il appartiendra aux ARS de développer ensemble l’observation et de suivre dans la durée toutes les données relatives à la démographie des personnels médicaux et des personnels de la fonction publique hospitalière, en considérant aussi ceux qui exercent dans les secteurs privés et libéraux. L’association des élus à ces nouvelles démarches sur les territoires est essentielle."

Il semble que les ARS vont bientôt mettre en concurrence le public et le privé pour l’offre de soins…

Source: 

What's up doc - publié par JR

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Presse auscultée. Dix-sept internes affectés aux urgences de l'hôpital de Mulhouse sont en arrêt de travail depuis lundi 30 septembre, suite à la...
Emmanuel Macron a le feu vert
Dans un contexte d’accélération de l’épidémie du Covid-19 en France, le collectif Inter-Hopitaux (CIH) demande « des effectifs en nombre dans tous...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.