Un visage humain de la médecine

Le film Hippocrate, vu par des « profanes » du milieu médical

« J’étais mal à l’aise pendant tout le film. Les hôpitaux m’ont toujours effrayée ! » Pour Shanti, 26 ans, étudiante en cinéma, le visionnage d’Hippocrate n’a pas forcément été une partie de plaisir. Elle est venue en novice de la médecine à l’avant-première du film… et en est ressortie plutôt perturbée ! « On place une confiance aveugle dans notre système de santé ! Ce soir, je réalise que derrière toute cela, il n’y a que des humains, avec leurs faiblesses et leurs difficultés. Et elles sont nombreuses ! »

De fait, beaucoup ont découvert les rouages du milieu hospitalier, et surtout, les hommes et les femmes qui le composent. « J’avais un peu l’image du généraliste, tout le temps en retard, qui expédie ses consultations… Maintenant, je comprends mieux pourquoi ! Le film montre un visage humain de la médecine », résume Louis, 24 ans. « D’ailleurs, je m’incrusterais bien à une soirée d’internes !... » Des volontaires ?!

Source: 

MG

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Préparation et transmission
L'internat, ou l'école de l'immaturité. Cette semaine, la blogueuse du CHU nous raconte pourquoi les carabins restent accros aux soirées étudiantes...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.