Un antidote contre la peur de l’installation

Zoom sur les « soirées libérales » de l’URPS ^Ile-de-France

L’URPS Île-de-France a entamé une série de soirées destinées aux internes et jeunes médecins. Objectif : leur présenter, spé par spé, le charme discret de l’installation en libéral.

C’est presque un lieu commun : les internes ne sont pas assez préparés à l’installation en libéral. Pour que les choses changent, l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) d’Île-de-France et le Syndicat des internes des hôpitaux de Paris (SIHP) organisent depuis le début du mois des « soirées libérales » : des rencontres entre les futurs médecins et leurs aînés déjà installés.

« Les jeunes se font une idée du libéral qui ne correspond pas à la réalité », déplore Nathalie Micolas, responsable du service « études » à l’URPS et chargée de l’organisation de ces soirées. « Nous voulons leur expliquer qu’il y a des possibilités de se former, qu’on peut voir des pathologies passionnantes, et qu’on peut effectuer un suivi des patients sur la durée, ce qui n’est pas toujours le cas à l’hôpital. »

Diversitude et concrétitude

Chacune des soirées concerne une spécialité en particulier. La semaine dernière, par exemple, c’était la rhumatologie. « On avait axé la soirée sur les différents types d’exercice », raconte Samuel Bitoun, membre de l’association des rhumatologues en formation qui a participé à l’organisation de l’événement. « L’idée était de montrer la diversité des possibilités, leurs avantages et leurs inconvénients, de parler de la nécessité (ou non) de garder un pied à l’hôpital… »

Le mot d’ordre : parler concret. « Il s’agit de donner des informations sur le quotidien des médecins installés : journées-types, rémunération, temps de travail... », explique Nathalie Micolas. Les intervenants sont tous des médecins installés, avec des profils différents : des jeunes et des moins jeunes, des médecins exerçant en cabinet ou en clinique, des secteur 1 et des secteur 2…

À faire tôt dans son internat

« Ce sont de petites réunions, conviviales et interactives », insiste la responsable de l’URPS. « On peut y poser des questions qui pourraient paraître incongrues… Les participants nous disent qu’ils n’ont pas ce genre d’échanges pendant leur formation. »

Samuel Bitoun est d’accord. « Je pense que c’est quelque chose qu’il faut faire tôt dans l’internat : cela simplifiera la vie de beaucoup de gens s’ils se rendent compte qu’ils sont attirés par l’exercice en ville. » Quatre soirées sont prévues d’ici le mois de juin (voir ci-dessous). Avis à ceux qui se cherchent encore !

___________________________________________________________________

Le programme des « soirées libérales »

Les prochaines « soirées libérales » sont prévues pour les dates suivantes :

·     2 mars :radiologie ;

·     27 avril :gastro-entérologie ;

·     18 mai :dermatologie ;

·     22 juin :neurologie.

 

Les soirées ont lieu à l’URPS médecins libéraux Île-de-France (12 rue Cabanis dans le 14earrondissement de Paris), à 20h00. Pour s’inscrire, c’est par ici !

Source: 

Adrien Renaud

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Le point de vue des associations sur les dépassements d'honoraires
La Drees a publié une enquête sur le temps de travail des médecins généralistes libéraux. Stable, toujours élevé, et toujours inégal. Et on se...
Le 9 juillet, un médecin généraliste du 7e arrondissement de Paris a été cambriolé par deux personnes, alors qu’il était seul dans son cabinet. Les...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.