Trompés par des souris : la moitié des études animales sont imparfaites ?

Quelle est la qualité des études animales utilisées pour prédire une activité chez l’homme ? Des « sacrifices » de souris inutiles ?

Il existe une littérature sur le gâchis des études animales. Certains modèles seraient peu prédictifs d’une activité chez l’homme. Des expériences animales seraient très mal faites : non-respect de bonnes pratiques, très petits échantillons, par de tirage au sort des animaux, etc. Prenons un exemple rapporté par un journaliste dans le livre de Richard Harris Rigor mortis (Rigidité cadavérique) et détaillé dans la revue Nature.(1),(2).
 
Pour la sclérose latérale amyotrophique (SLA), il existe un modèle chez la souris pour tester des molécules. Dans la littérature, on trouve 9 articles montrant qu’une molécule peut augmenter la survie des souris SLA de 10 à 20 % (voire 30 % dans un cas). Sur la base de ces observations intéressantes, ces 9 molécules ont été testées chez l’homme. Aucun effet thérapeutique n’a été observé ! Incroyable !
 
Ces 9 expériences initialement faites dans des laboratoires différents ont toutes été refaites dans le laboratoire qui a décrit le modèle souris SLA. Les bonnes pratiques de laboratoire ont été respectées. Ces réplications n’ont montré aucune amélioration, voire 5 aggravations chez ces souris SLA.
 
R. Harris nous explique que les études académiques sont faites rapidement et que c’est le budget qui détermine le nombre de souris.1 Dans le laboratoire SLA, chaque étude a coûté plus de 100 000 $. Le gaspillage lié à de mauvaises études animales a été évalué aux États-Unis à 28 milliards de dollars par an, soit 50 % du budget de ces recheches. (3)
 

Hervé Maisonneuve est médecin, professeur associé en santé publique, avec une activité de formation en rédaction scientifique, et blogueur : www.redactionmedicale.fr
 
Sources :
1. Harris R. Rigor mortis. How sloppy science creates worthless
cures, crushes hope, and wastes billions. Basic Books, New York,
2017, 278 pages.
2. Perrin S. Make mouse studies work. Nature 2014;507:423-5.
3. Freedman L.P., et al. The economics of reproducibility in preclinical
research. PLoS Biology 2015; 13(6): e1002165.
 

Vous aimerez aussi

Presse auscultée. La santé humaine, animale et environnementale, interdépendantes ? C’est en tout cas l’avis de nombreux chercheurs qui défendent le...

Presse auscultée - C'est une première mondiale. Aux Etats-Unis, une femme a été diagnostiquée d'un syndrome d'auto-brasserie urinaire. 

Le centre Léon Bérard a présenté les résultats d'études menées ces dix dernières années pour mieux connaître les facteurs de risque de certains...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.