Système de santé : Bercy plus efficient que le ministère de la santé ?

Résumé du rapport de la cour des comptes (3/3)

Le rapport de la cour des comptes de février 2013 décrit la réforme du système de santé comme "toujours inaboutie"... Devant les retards de déploiement du DMP (260 000 dossiers ouverts fin 2012 !), les médecins traitants sont obligés de se doter de logiciels de gestion des patients. Ce retard est donc "particulièrement préjudiciables au médecin traitant et à l’organisation du parcours de soins coordonnés".

Devant ce constat, les signataires de la convention de 2011 ont affirmé "leur volonté de mettre en place les outils nécessaires à l’amélioration des pratiques médicales et de leur efficience, notamment l’informatisation des cabinets médicaux, de manière à favoriser la tenue du dossier médical, les échanges dématérialisés entre professionnels et l’élaboration du volet de synthèse par le médecin traitant".

"À ce stade, aucun examen de la compatibilité et de la convergence de ces deux démarches conduites en parallèle, l’une par l’État, l’autre par les partenaires conventionnels, n’a été effectué".

"La Cour formule les recommandations suivantes :

1. réaffirmer clairement le médecin traitant comme le coordonnateur des soins de ses patients vis-à-vis de l’ensemble des autres acteurs du système de santé ;

2. mettre sans délai à sa disposition les outils indispensables à sa mission et à sa relation avec les autres intervenants du système de soins, notamment :

- une messagerie sécurisée ;

- un dossier médical personnel pour chaque patient, intégrant pleinement ses préoccupations opérationnelles ;

3. mettre en place un dispositif d’évaluation rigoureux des suppléments de rémunération accordés aux médecins et subordonner toute nouvelle évolution au constat documenté de gains d’efficience du système de soins et d’économies pour l’assurance maladie ;

4. faciliter le parcours administrativo-tarifaire de l’assuré, notamment :

- en supprimant l’obligation de déclarer une nouvelle fois son médecin traitant en cas de changement de régime ;

- en étudiant la suppression du mécanisme des « dépassements autorisés » facturables par un spécialiste à honoraires conventionnels (secteur 1) à un patient hors parcours de soins coordonnés ;

- en faisant en sorte que puisse être proposé à tout patient un de soins coordonnés en tarifs opposables."

Le ministère de l'économie serait-il plus efficace que Marisol Touraine pour la mise en place des réformes de santé ?

Source: 

What's up doc - publié par JR

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Les jeunes médecins ne se retrouvent pas dans leurs représentants officiels
Amer constat pour les libéraux

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.