Stop postillons : « Les autorités n’ont pas cru en l’intelligence des Français »

Le site web amateur « Stop postillons » a été consulté près d’un million de fois depuis fin mars. En back-office : quatre jeunes médecins diplômés de la faculté de médecine de Lille qui ont milité pour les masques faits maison, au moment même où le gouvernement les déclarait inutiles. L’un d’eux, le Dr Michaël Rochoy, médecin généraliste à Outreau (62), porte un regard désabusé sur les erreurs de la stratégie gouvernementale. 

What’s up Doc. Comment est venue l’idée de monter ce site ? 
Michaël Rochoy.
 Nous sommes trois médecins généralistes, anciens chefs de clinique au département de médecine générale de Lille, et un radiologue à avoir eu cette idée de centraliser les informations sur l’intérêt des masques et notamment de ceux fabriqués « maison ». De mon côté, j’avais déjà créé le site de pharmacovigilance du Pas-de-Calais et mis des infos sur le Covid-19 sur le site de mon cabinet. Nous avons lancé le site stop-postillons.fr le 22 mars. 
 
WUD. Qu’avez-vous pensé des messages des pouvoirs publics à l’époque sur l’inutilité d’en porter ?
MR. Dès le 22 mars, nous passons le message suivant : portez des masques, même fabriqués maison, ce sera mieux que rien. Nous n’étions donc pas du tout d’accord avec la communication gouvernementale ! Tous les quatre, on a fait de l’enseignement et de la recherche, et nos recommandations ne sont pas parties de rien. On savait des choses à l’époque. D’ailleurs, en février, Olivier Véran déclarait que pour que le masque soit efficace, il fallait qu’il soit porté par 60% de la population, et que la population n’y était pas prête (1). Est-ce que les autorités se sont dit en mars : « les Français ne sont pas assez intelligents, ils ne vont pas vouloir fabriquer des masques et en porter, donc ce n’est pas la peine de le leur recommander » ? Je n’ai pas d’autre explication…  
 
WUD. Quelles preuves aviez-vous à l’époque ? 
MR.
 Dans le plan pandémie grippale de 2011 (2), il est demandé de porter des masques anti-projections dès le stade 1 de la pandémie. En 2013, le HCSP conseille également à certains travailleurs le port du masque pour protéger les autres (3). Par ailleurs, un article de 2013 montre que les masques artisanaux ont une efficacité de filtration estimée à 70% sur les particules de 1 micron lorsqu’ils sont en T-shirt (4). En France, le ministre de la santé déconseillait les masques artisanaux pour attendre les masques grand public, qui ont une efficacité d’au moins 70 % sur les particules de 3 microns pour les USN2…  Nous avions donc plusieurs arguments allant dans le même sens. 
 
WUD. L’existence même de votre site ne souligne-t-elle pas les manquements des pouvoirs publics en matière de prévention et de pédagogie ? 
MR. J’étais persuadé qu’Emmanuel Macron allait recommander le port du masque dans son allocution du 13 avril (5). L’Académie de Médecine s’est prononcée pour le 2 avril, les Centers for disease control américains le 3 avril et leur homologue européen le 8 avril. Mais le président n’a rien dit sur les masques. C’est plus qu’une erreur, c’est un refus de la science ! Et à l’allocution suivante, ça a été vaguement recommandé pour le 11 mai… Dans un monde idéal, le gouvernement aurait recommandé très tôt le port du masque, même artisanal. Il avait davantage de moyens que nous pour le faire…
 
WUD. Avez-vous été soutenus dans votre initiative ? 
MR.
 Je peux balancer ? C’est cool (rires). On a contacté l’Ordre national et régional des Médecins, mais ils avaient piscine. On a contacté l’ARS Hauts-de-France, mais on n’a jamais eu de réponse. On a signalé le site à un conseiller direct d’Olivier Véran le 1er avril, qui a dit « merci, je vais regarder ». Heureusement, certaines instances nous ont soutenus : la faculté de médecine de Lille, le conseil régional de l’Ordre des infirmiers, la Société française de santé publique, le collège de médecine générale et le collège national des généralistes enseignants.  
 
WUD. Combien de vues sur votre site ? 
MR.
 La moyenne était à 4000 vues/jour la semaine du 26 mars. Mais on est monté à 129 000 vues le lendemain des recos de l’Académie de Médecine ! La folie, pour nous ! Le site sautait sans arrêt, je passais mon temps à refaire la page d’accueil… j’ai été obligé de passer de la version « perso » à « pro » rapidement, puis l’offre « Performance » pour accueillir tout ce monde. A partir du 11 mai, la fréquentation sur notre site a vraiment diminué parce que les masques sont arrivés. C’est logique. On va laisser le site en l’état, il continuera à être un peu consulté sur la partie entretien et lavages des masques. Et surtout, il aura un petit intérêt historique a posteriori sur la gestion de la crise. 
 

Portrait de Sophie Cousin

Vous aimerez aussi

Par Le CISS
Médecin généraliste du pôle de santé des Envierges (Paris 20e) qui favorise dans sa pratique l’accès aux soins pour tous et la lutte contre les...
Rencontre avec le chercheur Patrick Hassenteufel

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.