Pas touche aux parturientes ! Un anesthésiste écope d’un avertissement 

praticiens anesthésistes en colère
C'est pas parce qu'on rate sa péridurale qu'il faut s'en prendre à la patiente !

La chambre disciplinaire de l’Ordre régional des médecins de Normandie a rendu sa sentence mi-mars dans une affaire qui date maintenant de juillet 2017. Elle a condamné un anesthésiste à un avertissement, pour avoir eu des mots déplacés auprès d’une patiente de l’hôpital d’Argentan, dans l’Orme. L’anesthésiste effectuait alors un remplacement dans cet hôpital, et assistait une parturiente. Selon les dires de cette patiente, il aurait eu des mots déplacés envers elle, et les deux sages-femmes présentes ont également relevé « l’état d’irritation et d’agacement » du praticien.

En cause : une péridurale qui ne se passe pas exactement comme prévu. Selon un médecin de la chambre disciplinaire de l’ordre, 13 impacts, correspondant aux traces laissées par l’aiguille de la seringue, ont été constatés sur le dos de la patiente, selon le Parisien. Qui a également ressenti un coup de poing dans le dos donné par l’anesthésiste, lequel nie les faits. Le Conseil départemental de l’Ordre a décidé de porter plainte après avoir eu vent de cette affaire, et la direction de l’hôpital a décidé de se séparer de ce médecin deux mois après les faits. Il exercerait actuellement dans une clinique de Seine-Maritime. Le 14 mars dernier, la chambre a conclu que le praticien avait eu une « attitude incorrecte, irrespectueuse, et inacceptable de nature à caractériser un manquement fautif au devoir de médecin d’exercer sa mission dans le respect de la vie humaine, de la personne et de la dignité. ». Cette condamnation deviendra définitive si le médecin ne fait pas appel mi-avril, a ajouté Sud-Ouest qui relate cette affaire

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Start-up nation, département santé
Celui qui conduit, c’est celui qui n’est pas de garde

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.