Nouveaux apprentissages en santé

De la simulation aux jeux

Le modèle d’apprentissage classique « sur les patients » est remis en cause par plusieurs problématiques, éthiques, pédagogiques, mais aussi médico-économiques.

Deux profs sortis des sentiers battus ont proposé une tribune dans le dernier numéro. Antoine Taly tout d'abord, PhD, chargé de recherche en biophysique au CNRS est responsable du diplôme d’université « Apprendre par le jeu » (université Paris-Diderot) et de l’UE « jeu sérieux » du master FOSTER (université Paris-Descartes). Antoine Tesnière lui est MD, PhD, maître de conférence/praticien hospitalier à l'université Paris-Descartes, où il est directeur du département de simulation en santé iLumens ; il est également directeur adjoint de l’école doctorale Frontières du vivant.

Retrouvez leur point de vue sur la simulation, et plus loin, du jeu comme outil majeur d'apprentissage sur le site !

Source: 

Alice Deschenau

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Les internes tournent le dos aux services de réanimation de la capitale. Pour le prochain semestre, 56 postes seraient actuellement non pourvus. Cela...

Sur le podium des CHU français, l’internat de Montpellier-Nîmes décroche la seconde place. Une médaille d’argent obtenue en marge de la crise...

Moins 5 places dans le classement général ! Après avoir caracole en tête (1ère place en 2019-2020 ; 2e place en 2018-2019), l’internat de Nantes n’...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.