#NoFreeLunch : l’Isnar te fait payer ton repas

L’Isnar-IMG relance sa campagne « No Free Lunch », destinée à sensibiliser les médecins et futurs médecins sur le marketing pharmaceutique. En septembre, pas de repas gratuit !

Un repas gratos, ça ne se refuse pas, surtout avec un salaire d’interne ? L’Isnar-IMG aimerait que les internes, et les médecins de manière générale, fassent un petit effort. Le syndicat d’internes en med gé relance son « No Free Lunch » challenge, dans le but de sensibiliser sur le marketing pharmaceutique.
 
L’idée de base : refuser les sollicitations des labos, même si ce n’est que pour un déjeuner innocent où l’on se dit : « De toute manière, je ne suis pas un mouton, ça n’est pas parce qu’on me paie à manger que je vais me laisser influencer ». L’expérience montre que si…

Si c’est gratuit…

La campagne va un peu plus loin. Avec le soutien de la revue Prescrire et de l’Anemf, l’Isnar-IMG « dédie ainsi le mois de septembre à la question de l’indépendance dans la pratique médicale », explique-t-elle dans un communiqué. Une campagne d’information qui passera par les réseaux sociaux mettra en avant « les différentes techniques utilisées par le marketing pharmaceutique », en publiant « idées reçues, documentations, études scientifiques et même vidéos ». Vous allez savoir comment vous vous faites avoir.

« Notre métier, centré sur l’intérêt des patients, ne peut se concevoir sans l’industrie du médicament », rappelle l’Isnar. « Cependant, il est primordial de garantir aux futurs professionnels une formation basée entièrement sur les données acquises de la science et non soumise aux stratégies marketing ».
 
La campagne s’accompagne d’un hashtag, #NoFreeLunch sur Twitter et Facebook, et s’étalera sur tout le mois de septembre. Alors ayez le courage de refuser un gastro pour un magnifique repas d’internat. Vous serez fier de vous.

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

Entretien avec le Pr Tesnière, spécialiste de la simu en santé
Alors que la procédure de choix de stage pour les futurs docteurs Junior devait commencer hier, l'application de big matching a opportunément planté. 

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.