Nidal Nabhan Abou, la Wonder Woman de la psychiatrie légale

She needs you pour la 1e journée de psy légale

Le samedi 22 septembre se tiendra à Montpellier la 1e journée  nationale de psychiatrie légale de l’Association Française de Psychiatrie Biologique et de Neuropsychopharmacologie (AFPBN). Elle s’adresse à toutes les personnes intéressées par les questions autour du judiciaire et des troubles psychiques. Nidal Nabhan Abou, praticien hospitalier à Laval et experte à la cours d’appel de Rennes, vous explique pourquoi il faut en être.

What's up Doc. Comment est née cette idée de faire une journée consacrée à la psychiatrie légale ?

Nidal Nabhan Abou. C’était une évidence de réunir tous les acteurs (médecins, avocats, magistrats…) travaillant dans la sphère de la psychiatrie légale. Le but étant de démarginaliser cette spécialité, qui reste mal connue même si elle existe depuis le temps des aliénistes ! Avec Mathieu Lacambre, mon co-président de la section psychiatrie de l'AFPBN on a surtout voulu dès le départ que cette journée s’adresse aux jeunes médecins, qui s’intéressent beaucoup à ces questions.

WUD. Pourquoi y sont-ils particulièrement sensible ?

NNA. Car cela répond à notre évolution sociétale : radicalisation, violences sexuelles, implication pénale de psychiatres depuis l’affaire Canarelli… Les enjeux de la psychiatrie légale sont particulièrement médiatisés… Et pourtant nombre de nos confrères sont peu ou très mal formés, ce qui peut être carrément dangereux !

WUD. Quelles sont les actions de la section psychiatrie légale ?

NNA. On essaye de proposer des choses innovantes, comme le « Legale Poursuit », qui est une tournée en France où chacun présente une thématique particulière (comme les violences sexuelles, les soins sans consentement…). Pour la journée, on a la session Seven (référence au thriller, ndrl), qui propose à 7 jeunes psychiatres de présenter leurs travaux, avec coupe et prix à gagner. On essaye de rendre la psy légale ludique, en gardant la rigueur scientifique !

Toutes les infos sur le site de la section psychiatrie légale de l’AFPBN.

Source: 

Jean-Victor Blanc

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

« Publie ! Je t’ai dit Publie !! - Oui mais M’sieur, ch’sais pas trop comment on écrit… ». Parce que ca n’arrive pas qu’aux autres...
DPC formation enveloppe
Le 7 novembre, l’Agence nationale du DPC (ANDPC) a envoyé une alerte signalant que l’enveloppe destinée à rembourser les formations était vide. Plus...
Les événements indésirables graves, c'est du sérieux. Peut-on les éviter en s'amusant ? Oui, répond Benjamin Terrasi, un jeune médecin qui a adapté l...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.