MG France réclame des moyens pour limiter la diffusion de l’épidémie  

MG France réclame des moyens pour les généralistes, exaspérés par la gestion de l'épidémie.     

Depuis plusieurs semaines, « une stratégie de dépistage confuse entraine la saturation des laboratoires de biologie médicale et freine l’identification des chaines de contamination », dénonce dans un communiqué daté du 10 septembre MG France, qui estime que tout cela entraîne un retard du diagnostic des patients symptomatiques sur prescription médicale
 
Par ailleurs, les médecins généralistes seraient confrontés à un afflux de demandes de certificats de guérison ou de non contagion, tandis que les demandes de parents d’élèves désemparés devant la fermeture des classes se multiplierait, « en l’absence de consignes claires » poursuit le syndicat qui estime que la tâche des généralistes va être difficile avec l’arrivée des épidémies saisonnières.
 
Alors que de nouvelles négociations conventionnelles approchent dans « ce climat préoccupant », le syndicat a fait part de ses demandes pour limiter autant qu’il est possible la diffusion de l’épidémie :
 
- Une priorisation réelle et efficace des tests diagnostiques prescrits par les médecins généralistes à leurs malades. Une stratégie de dépistage populationnel doit parallèlement se déployer afin de mieux appréhender la circulation du virus.
- Les personnes dépistées positives devraient bénéficier d’une consultation spécifique auprès de leur médecin traitant afin de repérer les sujets contacts possibles, et d’orienter leur prise en charge (isolement et soins éventuels).
- Le dispositif de prise en charge économique des parents d’élèves ne pouvant rester scolarisés doit être réactivé.
- La durée de l’isolement des malades et des cas contact peut être raccourcie, ce qui la rendra plus facile à accepter sans amoindrir son efficacité, selon les données scientifiques récentes.
- La protection de nos concitoyens les plus fragiles doit être facilitée par le remboursement de la télé consultation par téléphone quand la vidéotransmission n’est pas réalisable.
- Une consultation spécifique de prévention des personnes à risque élevé par leur médecin traitant doit être créée sans délais. Elle répondra à un enjeu majeur : protéger dans les meilleures conditions la population la plus exposée aux dangers de l’épidémie.
 
Enfin, dans lors des prochaines négociations avec l’assurance maladie, MG France demandera une revalorisation de la visite du médecin traitant qui est « une absolue nécessité pour le maintien à domicile des personnes en situation de dépendance ».
 
Et estime que le Service d'accès aux soins (SAS) « doit être doté des moyens suffisants afin d'être attractif pour tous les médecins généralistes, pour réguler les appels entrants ou recevoir les patients adressés par le SAS ».
 

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Un accident est si vite arrivé
Le SML (Syndicat des médecins libéraux) proteste contre la disparition du médecin des bons de vaccination antigrippale. Le syndicat accuse l’...
La CPAM 33 a demandé par courrier des justifications à un patient à propos d’un arrêt de travail. Il avait simplement consulté un autre praticien que...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.