Médecine libérale : les ateliers-réflexion des femmes pensantes

L'ASSO-FML dans la place

L’Association Femme Médecin Libéral organise ses ateliers-débats, fruit d’une réflexion sur les évolutions sociétales, vues par les femmes.

Elles se sont regroupées il y a une dizaine d’années de cela. Des femmes, médecins exerçant en libéral, dotées d’un certain esprit de liberté. A l’époque, les syndicats étaient essentiellement composés d’hommes. « Mais nous n’avons jamais voulu nous opposer au milieu syndical masculin », précise immédiatement le Dr Corinne Godenir, membre du bureau de l’Association Femme Médecin Libéral (FML). 

Indépendance

Femmes, donc, mais pas féministes. L’association est née de la volonté de creuser les sujets sociétaux, de penser les problématiques qui traversent à la fois la médecine libérale et la société qui se retrouve dans ses cabinets. Ceci, avec un regard de femmes, mais sans verser dans le féminisme. « Notre ancienne communicante nous a justement reproché de ne pas avoir un discours assez féministe… », sourit le Dr Godenir. Il y a bien eu quelques combats portés par l’association, lorsqu’elle était encore liée aux autres syndicats. Les congés maternité, le burn-out, l’amélioration de la vie familiale après l’installation en libéral… Mais là n’est pas tant la marque de fabrique de cette structure qui organisera le 27 janvier ses ateliers-débats annuels.

« Nous avons pris notre indépendance vis-à-vis des syndicats il y a sept ans car nous trouvions que l’approfondissement des questions sociétales n’occupait pas assez de place », poursuit le Dr Godenir. Cette indépendance a permis au cercle de réflexion de quitter le temps de l’action politique pour adhérer à une autre temporalité, celle de la pensée.

Anticiper les évolutions

Et c’est ainsi qu’ont pu naître les ateliers-débats. Les thèmes abordés ne sont pas forcément liés à la condition féminine, mais ils visent toujours à anticiper des évolutions sociétales. « On arrive souvent en amont de la médiatisation des sujets », remarque le Dr Godenir. En 2013, l’association s’emparait ainsi de la question des violences faites aux femmes - bien avant, donc, que l’affaire Weinstein ne place le harcèlement sexuel au cœur de l’actualité. Les objets connectés, la place de l’humain au milieu de ces technologies, ont aussi fait l’objet d’une réflexion, bien avant que la Haute Autorité de Santé (HAS) n’y consacre un rapport. « Sortir du temps politique nous a permis de mieux anticiper et penser ces évolutions ».

Cette année, les 5èmes ateliers-débats (1) porteront sur la nutrition, les multiples régimes qui promettent la fonte des graisses en un clin d’œil, le sans-gluten, le sans-lait… Des sujets que patients et médias se sont appropriés, mais sur lesquels les médecins peinent encore à construire un discours.

(1) L'Association Femme Médecin Libéral ouvre le débat samedi 27 janvier 2018 à partir de 08h30 à l'Hôtel Novotel Paris - Centre Tour Eiffel, 61 Quai de Grenelle, 75015 Paris. 

Source: 

Marion Guérin

Portrait de La rédaction

 

Vous aimerez aussi

Et évoque des cas très précis !
Et on l’avait vu venir
Demain recommence les négos...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.