L'ARS occupée, ses salariés bloqués, pour protester contre la fermeture nocturne des urgences de Carhaix

Article Article

Des manifestants ont occupé pendant plusieurs heures, hier le 14 septembre, les locaux de la délégation départementale de l’ARS à Quimper, pour demander la réouverture la nuit des urgences de Carhaix (Finistère), a-t-on appris auprès de la préfecture.

L'ARS occupée, ses salariés bloqués, pour protester contre la fermeture nocturne des urgences de Carhaix

© IStock

"Une soixantaine de manifestants ont envahi les locaux de l'ARS empêchant depuis toute personne dont la directrice générale de l'ARS de sortir du bâtiment", a indiqué la préfecture dans un communiqué.

"Aucune violence n’est à déplorer", a-t-elle ajouté.

Dans la matinée, une réunion avait été organisée à l'ARS avec une délégation d'une dizaine de personnes sur le maintien des urgences hospitalières la nuit à l’hôpital de Carhaix.

"On n'avait pas le même ordre du jour. Eux étaient là pour nous donner des statistiques justifiant la fermeture des urgences", a déclaré Matthieu Guillemot, porte-parole du comité de vigilance, mobilisé contre la fermeture des urgences.

Alors qu'une centaine de personnes manifestait devant l'ARS au même moment, "la population a voulu montrer son mécontentement en rentrant à l'intérieur", a-t-il ajouté.

Les manifestants sont repartis après 5 heures d’occupation bredouilles

Petite commune (7 300 habitants) du centre-Bretagne, Carhaix est située à environ une heure de route du CHU de Brest.

"En Centre-Bretagne, on a des petits salaires, on paie nos impôts comme tout le monde, on n'est pas des sous-citoyens, on a le droit d'avoir des services publics comme tout le monde", a estimé Matthieu Guillemot.

Les manifestants sont ressortis vers 17h30, après environ cinq heures d'occupation. "Ça tournait en rond, on ne parle pas le même langage", a déploré Matthieu Guillemot.

Le 4 septembre, environ 2 000 personnes avaient manifesté à Carhaix contre la fermeture des urgences entre 18h et 8h, décidée "jusqu'à nouvel ordre" par l'ARS en raison d'un manque de médecins, selon les détracteurs de cette mesure.

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/157-services-durgences-partiellement-fermes-cet-ete-selon-les-syndicats-une-quarantaine

Sollicitée à ce sujet, l'ARS Bretagne n'avait pas réagi jeudi en fin d'après-midi.

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers