La pollution « nous tue » : la capitale indienne peine à respirer

New Delhi arrive régulièrement en tête du classement mondial pour la dangerosité de l'air à cause de la pollution. Pour les habitants de la capitale, respirer devient un combat. Reportage. 

Bhanjan Lal, à la toux incessante, souffre d'une maladie pulmonaire chronique imputée à la toxicité de l'air dans la capitale indienne, New Delhi, l'une des plus polluées au monde, que ce chauffeur de triporteur sillonne chaque jour depuis trente ans.

« J'ignore d'où viendra la solution contre cette pollution qui nous tue », déclare de son côté à l'AFP Vijay Satokar. Pour cet habitant de la capitale, Delhi s'apparente à « une chambre à gaz ».

La capitale indienne arrive régulièrement en tête du classement mondial pour la dangerosité de l'air qu'on y respire.

Les niveaux de PM2,5 - les particules fines particulièrement nocives pour la santé, pénétrant le sang et les poumons - ont atteint la semaine dernière plus de 30 fois la limite maximale quotidienne fixée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

« En manque total d'oxygène »

« La pollution me cause beaucoup d'ennuis, (notamment) à la gorge », confie à l'AFP Bhanjan Lal, assis sur le siège de son triporteur.

« Mes yeux brûlent (...) Mes poumons sont abîmés, j'éprouve des difficultés à respirer », ajoute l'homme de 58 ans, selon qui « le mucus s'accumule dans ma poitrine ». Sa toux incessante en témoigne.

M. Lal passe sa vie à sillonner l'intense trafic de Delhi, y compris en hiver, quand la pollution est à son comble et qu'un épais brouillard toxique s'installe sur la mégalopole de 20 millions d'habitants.

Les émissions des usines, les gaz d'échappement des véhicules et les cultures sur brûlis des États voisins forment un brouillard jaunâtre à couper au couteau. On ne distingue rien à plus de 50 mètres.

L'AFP a accompagné M. Lal à une consultation chez son médecin, qui le soigne d'une bronchopneumopathie chronique obstructive, une maladie progressive qui entrave la circulation de l'oxygène.

Selon le docteur Vivek Nangia, les premiers symptômes de la maladie sont « une simple toux, un rhume, un essoufflement, une oppression thoracique ».

Puis « elle peut évoluer vers un état où la personne affectée se trouve totalement à bout de souffle, en manque total d'oxygène ».

Le malade peut finir par « avoir besoin d'une assistance BiPAP à domicile », précise-t-il en référence à une petite machine d'assistance respiratoire. Elle aide à réguler la respiration pendant le sommeil ou quand les symptômes s'exacerbent.

Si M. Lal « ne suit pas son traitement, ses voies respiratoires ne vont cesser de se resserrer et son état s'aggraver progressivement ».

Les efforts parcellaires des pouvoirs publics pour contrôler la pollution, comme cette campagne qui invite les conducteurs à couper leur moteur aux feux, n'ont eu aucun effet.

« Cela me désole quand je pense aux enfants et leur santé », souligne M. Lal : « Ils sont déjà en train de tomber malades ».

Son activité en pâtit aussi. Il lui arrive de parcourir la ville de longues heures sans trouver de passagers, qui préfèrent une course plus chère en taxi plutôt que s'exposer à la pollution.

Confinement anti-pollution ?

Cette semaine, les autorités ont pris une mesure drastique en ordonnant la fermeture temporaire de six des onze centrales à charbon des environs de Delhi.

Elles ont aussi fermé les écoles pour une durée indéterminée, demandé aux fonctionnaires de travailler à domicile et interdit aux camions, sauf ceux transportant des denrées essentielles, l'accès à la capitale jusqu'à la semaine prochaine.

Elles ont en revanche ignoré l'appel de la Cour suprême indienne à un « confinement » pour cause de pollution.

Celle-ci est responsable de plus d'un million de décès par an dans le pays et selon une récente étude de l'Université de Chicago, la pollution atmosphérique pourrait réduire de plus de neuf ans l'espérance de vie de quatre Indiens sur dix.

Mais les pouvoirs publics peinent à s'attaquer aux causes profondes du problème, alors que la consommation nationale de charbon a presque doublé durant la dernière décennie.

L'Inde s'est ainsi battue contre des restrictions plus ambitieuses sur les énergies fossiles à la COP26 de Glasgow, sa dépendance au charbon bon marché alimentant son économie en plein essor.

Et les hivers dans la capitale, autrefois attendus pour leur fraîcheur après l'enfer des mois d'étés torrides, charrient des épreuves plus pénibles encore.

« C'est devenu tellement difficile de respirer à Delhi », reconnaît Dinesh Dova, un habitant de la capitale : « Parfois, je me dis que je devrais quitter la ville. Mais pour aller où ? »

Avec AFP

Portrait de La rédac'

Vous aimerez aussi

Tous les enfants entre un et neuf ans vivant à Londres vont se voir proposer un rappel du vaccin de la polio après la détection du virus dans les...

Les autorités sanitaires américaines ont autorisé avant-hier une nouvelle procédure d'injection du vaccin contre la variole du singe qui doit...

Le ministère de la Santé du Vietnam a demandé aux médecins et aux soignants de ne pas discriminer les patients LGBT, dont l'orientation sexuelle ou...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.