J'ai simulé

La simulation vue par une jeune anesthésiste-réanimatrice

Lucilia, fraîchement diplômée, a participé à la simulation in situ organisée par l’Ecole Européenne de Chirurgie à l’Institut Gustave Roussy. Elle répond aux questions de What’s up doc.

Lucilia a déjà fait de la simulation lorsqu’elle était interne, au CHU du Kremlin-Bicêtre. « C’était obligatoire », confie-t-elle, « dans le cadre de la formation des internes ». C’était le même principe qu’avec l’EEC : in situ, « avec un mannequin qui était dans un bloc opératoire, une salle à côté, une retransmission en direct et un débriefing après la séance ».

Elle pense que la simulation est un exercice à intégrer à la formation, et ce dès les études de médecine, et le plus fréquemment possible, car « la théorie et la pratique sont indissociables ».

De plus, selon Lucilia, la formation continue devrait intégrer de façon systématique l’exercice de simulation. Cela pourrait être une forme d’évaluation, « avec une sanction : suivre des cours, ou une formation spécifique, par exemple », suggère-t-elle. « Sans que ce soit dans le sens punition, mais plutôt dans le sens remise à niveau, après un congé maternité ou un congé d’arrêt de travail quelconque, cela paraît essentiel ».

Quant à la fréquence de ces séances de simulation, « pour quelqu’un qui est déjà diplômé, je dirais tous les six mois ». « Parce qu’il y a tellement de situations à risque, tellement de situations qu’on ne verra peut-être qu’une fois dans notre vie ! Mais lorsque ça arrive, il y a un patient, et il faut réussir à lui sauver la vie ».

« Il y a un côté rassurant dans la simulation. Quelque part on se dit que si on est confronté à une situation pour la première fois qu’on ne sait pas gérer, il n’y a pas mort d’homme », conclut-elle.

 

Photo : Cécile Lienhard, formation organisée par l'EEC à l'Institut Gustave Roussy.

Source: 

Cécile Lienhard

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Les internes de Lyon travaillent jusqu'à l'épuisement.
Après les résultats de l'audit mené à l'AP-HP sur le temps de travail des internes, c'est le syndicat des internes de Lyon (SAIHL) qui révèle, dans...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.