Internes en Guyane : l'ARS à l'écoute de leurs besoins en formation

Clara De Bort
Clara De Bort et Adrien Taquet à la rencontre des internes de Guyane.

Le 5 décembre 2019, l’ARS Guyane a réuni les internes du territoire lors d’une soirée qui leur était consacrée. Organisée à l’initiative de sa directrice, Clara de Bort, cette rencontre inédite a été bien accueillie par les étudiants. D’autres rendez-vous de ce type sont d’ores et déjà prévus à fréquence régulière pour leur plus grand plaisir.

« Jamais nous n’avions vu ça dans d’autres ARS ». Dans une ambiance conviviale, l’heure était à l’étonnement et au partage au premier étage de l’Hôtel Mercure Cayenne Royal Amazonia. Entre rires et réflexions, les internes de Guyane ont échangé le 5 décembre dernier sur leurs vécus, leurs expériences et leurs besoins. Tous ont sillonné le territoire pour se rendre à cette soirée organisée par Clara de Bort. Une initiative n’ayant pour d’autre but qu’écouter ceux qui feront demain l’exercice médical en Guyane.

Une surprise de taille 

Au cours de la soirée, la Directrice de l’ARS Guyane ne fut pas la seule à se montrer attentive aux problématiques des internes. Adrien Taquet, secrétaire d’État en charge de la mise en place de la stratégie pour la protection de l’enfance auprès d’Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a tenu à participer à cette réunion. En visite sur l’ensemble du territoire pendant 2 jours, c’est à l’improviste qu’il est venu échanger avec les internes sur les conditions de leurs formations.

« Plus de médecins seniors » 

« Dans tous les hôpitaux, les services, sur nos terrains de stage, nous souhaiterions davantage de médecins seniors », ont réclamé principalement les internes à l’unanimité. « Des médecins compétents pour nous former et qui deviendraient nos collègues par la suite ». En réponse à leurs doléances, Adrien Taquet a réitéré la volonté d’Agnès Buzyn de débloquer des fonds, pas uniquement en métropole mais aussi dans les départements et territoires d’Outre-mer, espérant ainsi améliorer la situation des hôpitaux. « Plusieurs plans dotés d’un certain nombre de mesures et d’investissements sont prévus, notamment la reprise des dettes des hôpitaux pour leur permettre de dégager des capacités afin qu’ils puissent réinvestir à l’avenir », a-t-il précisé. 

Continuer à augmenter l’attractivité de la Guyane 

Pour Clara de Bort, qui compte bien poursuivre les actions d’attractivité engagées depuis son arrivée à la tête de l’ARS Guyane, une dynamique territoriale doit aussi s’inscrire par l’émergence d’un groupe hospitalier. « Nous espérons valoriser ainsi les apprentissages proposés ici, dont la typicité est très forte et formatrice. Et c’est aussi cet aspect que nous avons envie de faire connaitre ». Et d’ajouter : « Ce ne sont pas des professionnels que nous voulons faire venir individuellement, mais des équipes entières qui s’investiront dans le temps ». Un objectif que Clara de Bort compte bien poursuivre en 2020 afin de répondre entre autres aux besoins en formation des internes en Guyane.
 

Portrait de Gwen Hight

Vous aimerez aussi

Six CHU ont rempli tous leurs postes d’internat disponibles en 2019 (CESP compris). Les classiques – Nantes, Bordeaux – sont toujours dans la place,...
L’Intersyndicale nationale des internes (Isni), réunie en assemblée générale à Marseille, a élu son nouveau bureau. Justin Breysse, ancien président...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.