Il faut "augmenter les prérogatives" de tous les infirmiers, pour le syndicat FNI

Article Article

Il faut "augmenter les prérogatives" des "750.000 infirmières que compte le pays" pour "aider les médecins à répondre au défi de l'accès aux soins", "éviter les ruptures de prise en charge" et "soulager les tensions hospitalières", a plaidé mardi le syndicat d'infirmiers libéraux FNI.

Il faut "augmenter les prérogatives" de tous les infirmiers, pour le syndicat FNI

"Nous demandons l'accès au statut de profession médicale à compétence définie" pour tous les infirmiers, a déclaré Daniel Guillerm, président de la Fédération nationale des infirmiers lors d'une conférence de presse, ajoutant que ces nouvelles prérogatives pourraient s'obtenir "assez rapidement" par "la validation des acquis de l'expérience et la formation continue", très en accord avec les dernières déclarations d’Olivier Véran sur le sujet.

Pour la Fédération, s'appuyer notamment davantage sur "les 135.000 infirmières libérales", "réparties à peu près uniformément au niveau du territoire national" et sur le pont "du lundi au dimanche", permettrait notamment de "fluidifier le parcours patient".

S'attendant à "des réactions épidermiques de certaines organisations de médecins", Daniel Guillerm indique vouloir "sacraliser le diagnostic médical", car les infirmiers "n'ont pas le niveau d'études ni les compétences d'un médecin", tout en utilisant "les atouts de la profession pour aider les médecins à répondre aux difficultés d'accès aux soins dans les territoires".

"Dès lors que le diagnostic médical est posé, le suivi des patients peut faire l'objet de partage de compétences avec le corps médical", a-t-il ajouté, proposant par exemple de donner aux infirmiers la possibilité d'adapter, en fonction des derniers examens, les traitements de patients souffrant de certaines pathologies chroniques, de pouvoir, sans prescription médicale, réhydrater un patient par perfusion lors des canicules, voire de pallier l'absence des médecins le soir et le weekend en assurant des consultations d'urgence en ville.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé le 20 janvier l'ouverture de discussions sur le décret encadrant les compétences des infirmiers "dans les toutes prochaines semaines".

Mais "les deux ans d'études que requiert la pratique avancée ne suffiront pas à répondre au défi" auquel fait face notre système de santé, insiste le Fédération pour qui il est nécessaire de "faire acquérir des compétences à toute la chaîne de soins".

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers