Élections à la CME de l'AP-HP : bisbilles autour des soutiens du professeur Lejoyeux

Les élections à la présidence de la CME ont débuté. Et déjà, les règlements de compte vont bon train. 

Le processus d’élection à la CME ne fait que commencer, que, déjà, les accusations de triche se multiplient. Pour rappel, les scrutins du premier tour de l’AP-HP se déroulent entre les 14 et 20 octobre pour le premier tour, entre les 15 et 24 novembre pour le 2e tour. Le nom du président de la CME ne sera en revanche connu qu’en janvier prochain. 

Le nombre total de membres à élire directement à la CME est de 64 (mais le nombre total avec ceux siégeant de plein droit s’élève à 90). D’ores et déjà, trois candidats se sont déclarés pour prendre la tête de la CME de l’AP-HP : deux psychiatres (les professeurs Bernard Granger et Michel Lejoyeux), ainsi qu’un néphrologue, le professeur Remi Salomon.

"Triche"

Preuve que le trône attise encore les convoitises, des accusations de « triche » circulent au sein de l’AP-HP. En cause : le comportement de Michel Lejoyeux. Selon une série de mails que What’s up Doc s’est procurée, le professeur Michel Lejoyeux se serait attribué des soutiens sans la permission des principaux concernés. Il en va ainsi du professeur Arnold Munnich, qui a officiellement demandé à Michel Lejoyeux d’enlever son nom de la liste de ses soutiens, car « il ne souhaite être sur aucune liste de soutien », écrit-il dans un mail que nous nous sommes procuré.

Idem pour le professeur Jean-Paul Mira, apparaissant lui aussi sur la liste des soutiens de Michel Lejoyeux, alors qu’il affirme dans un mail n’avoir pas été directement sollicité. Le professeur François Durand, également sur la liste officielle du professeur Lejoyeux, nie « avoir apporté de façon officielle ce soutien ». Il en va de même du professeur Antoine Guedeney. D’autres noms circulent, de PU-PH ou de PH qui se retrouvent sur la liste de Michel Lejoyeux, es qualités de soutien, sans lui avoir donné leur accord : Romain Sonneville, ou encore Agnès Lefort… 

On reproche aussi à Michel Lejoyeux d’avoir un pied à l’extérieur de l’AP-HP. Ainsi, le professeur Lejoyeux est chef de pôle à Maison Blanche, dans un groupement hospitalier de psychiatrie différent de l’AP-HP. 

De source proche du dossier, seuls les professeurs Arnold Munnich et Jean-Paul Mira ont demandé à ne pas figurer sur la liste des soutiens du professeur Lejoyeux. Par ailleurs, c'est à la demande de l'AP-HP que le professeur Lejoyeux a la responsabilité du 22e secteur, qui comprend Maison-Blanche (lequel est un secteur partagé sur les urgences psychiatriques, et localisé à Bichat). À ce titre, le professeur Lejoyeux n'est rémunéré, pour ses fonctions à Maison-Blanche, que par l'AP-HP. Enfin, au titre de ses activités d'intérêt général, il consacre une demi-journée à la SNCF. La campagne pour la présidence de la CME du premier CHU de France ne fait que commencer...

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Par WUD
On le sait, l’hôpital est un écosystème dans lequel évoluent divers corps de métiers… et personnalités ! Et dans cette jungle hospitalière, le...
Depuis fin janvier, les négociations sur le statut de PH ont repris de plus belle. Le syndicat SNPHARE, après Jeunes médecins, fait valoir ses...
Après les anesthésistes, c’est au tour des chirurgiens de s’intéresser de plus près à l’impact de leur pratique sur l’environnement, selon une...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.