Demain, 4000 Padhue expulsés des hôpitaux ?

Les praticiens hospitaliers diplômés hors Union européenne en ont marre de leur situation précaire ! Ils décident le 15 novembre de manifester pour ne pas se faire expulser !

C’est pas faute d’avoir prévenu le ministère de la Santé. Depuis un an, le syndicat national des praticiens hospitaliers à diplôme hors Union européenne (SNPadhue) alerte sur la situation dramatique que vivent quelque 4000 Padhue. Car un système transitoire d’autorisation leur permettait d’exercer jusqu’au 31 décembre 2018. Cette date butoir, rappelle l’Agence de presse médicale (APM), avait déjà été repoussée à deux reprises, en 2012 et 2016. La loi Asile et immigration avait prévu de repousser, une nouvelle fois, la procédure transitoire d’autorisation d’exercice à 2020. 

Censure du Conseil constitutionnel

Mais le Conseil constitutionnel a censuré cet article, laissant les Padhue sans solution de recours. Si aucune décision réglementaire ou législative n’est prise d’ici le 31 décembre 2018, les Padhue seront donc interdits d’exercer. Ça, c’est pour l’urgence, et c’est avant tout pour cette raison que le SNPadhue appelle les Padhue à manifester le 15 novembre prochain.

Mais aussi, pour sortir de la précarité, les Padhue réclament un nouveau statut pérenne. Ils rappellent que la ministre de la Santé Agnès Buzyn, devant le Sénat, avait promis de réformer la procédure d’autorisation d’exercice pour les Padhue. Il était question de mettre en place un système de validation des acquis de l’expérience ou d’un accès à une pratique non dérogatoire. 

Maintien de l'examen dérogatoire

En attendant qu’une réforme soit adoptée, le SNPadhue demande que l’examen dérogatoire réservé aux praticiens arrivés avant août 2010 soit accessible aux 4000 Padhue en situation précaire. Parmi ces 4000 médecins, 1000 sont arrivés avant août 2010 mais n’ont pas pu passer le concours et 3000 en revanche sont arrivés après 2010 mais ont raté le concours de régularisation de leur situation. Ils exercent néanmoins dans les hôpitaux, dans une situation tout à fait illégale. Les syndicats Action praticien hôpital (APH) et Jeunes médecins ont apporté leur soutien au mouvement des Padhue. 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

 

Vous aimerez aussi

Quand la réalité de terrain s’invite à CHAM 2015
Le point sur l’opposition des libéraux

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.