CHU : bientôt l’âge de la retraite ?

60 ans, déjà…

La Cour des comptes a publié un rapport sur le modèle des CHU. Elle y reconnaît sa pertinence, mais pointe ses « fragilités » et « l’essoufflement » de ses missions. Elle préconise notamment de mieux associer les autres structures hospitalières et les médecins libéraux aux activités des CHU.

Bon anniversaire les CHU ! Créés en 1958, ils auront donc 60 ans cette année. Leur mission : regrouper les activités de soins, la formation et la recherche biomédicale dans des structures de pointe. Mais avec les nombreux changements dans ces trois domaines, le modèle est-il encore pertinent ?

En guise de réponse et de petit cadeau, la Cour des comptes a monté un rapport en deux parties, dont la première a été publiée ce jeudi. L’analyse a porté sur l’enseignement et la recherche, et sur leurs financements. Sans fustiger le modèle, la juridiction a tout de même souligné qu’il devait s’adapter « pour répondre aux nouveaux enjeux ».

« Un modèle en voie d’essoufflement »

« Les soins concentrent l’attention et les moyens des CHU », estime la Cour des comptes. « Cette priorité a été renforcée par la généralisation de la tarification à l’activité et les difficultés financières ». La T2A, encore elle !

Et même si les ambitions de recherche ont fait naître de nouvelles structures performantes, et augmenter le nombre de publications des CHU, la France n’avance pas aussi vite que les autres, et a perdu son rang en matière de recherche en biologie et en médecine (respectivement 5e et 8e).

Cinq à dix CHU stars

Le rapport pointe « l’absence de vision consolidée de l’ensemble des moyens qui lui sont consacrés, la faiblesse du financement de la recherche translationnelle ainsi que l’échec du plan de programmation de la recherche en santé ». Avec un cloisonnement trop prononcé entre la recherche fondamentale financée par l’État et la recherche clinique, qui dépend souvent de l’Assurance Maladie.

Le modèle des Instituts hospitalo-universitaires (IHU) apporte un début de réponse, mais des ajustements sont encore nécessaires, et « le modèle spécifique des IHU ne peut avoir qu’une portée limitée ».

La Cour des comptes propose de faire émerger entre cinq et dix CHU disposant d’une visibilité internationale, qui concentreraient les responsabilités en matière de recherche… et les moyens de financement. Bon courage pour faire passer la pilule auprès des chercheurs des autres !

Adapter la formation au parcours de soins

Du côté de la formation, de nombreux changements – au niveau du modèle de l’internat ou plus simplement de la démographie des étudiants en médecine – ont envoyé de plus en plus d’internes vers les centres hospitaliers non-universitaires, et vers les médecins libéraux.

Le parcours de formation doit donc être réorganisé, toujours piloté par les CHU, mais mieux dirigé vers les établissements de santé et la médecine de ville. La Cour des comptes préconise de s’appuyer sur les Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT), « en vue de définir des parcours de formation cohérents avec les parcours de soins ». Le rapport s’attaque également à l’attribution des postes hospitalo-universitaires, afin qu’ils prennent mieux en compte les disparités nationales et l’évolution des disciplines.

Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Dans l’Ouest, on refait la déco !
Pour faire face au manque de médecins, une partie des hôpitaux se tournent vers l'intérim. Un marché lucratif pour les boites d'intérim comme pour...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.