Cataracte : quand les patients évaluent eux-mêmes leurs soins

Une clinique nantaise a développé de manière très concrète la Valeur en santé. Les patients opérés de la cataracte sont invités à noter leurs soins, selon des critères de satisfaction qui complètent les données cliniques.  

Votre vue vous occasionne-t-elle des difficultés pour reconnaître les visages ? Pour lire ? Voir le prix des articles ? Actuellement, êtes-vous satisfait de votre vue ?
 Voici les questions auxquelles les patients de l’Institut Ophtalmologique Sourdille Atlantique, à Nantes, sont invités à répondre. Depuis plus de deux ans, des questionnaires sont proposés à toutes les personnes opérées de la cataracte, avant et après l’intervention chirurgicale.
 Ce questionnaire, validé par la société européenne de chirurgie de la cataracte, comprend neuf questions. Il permet aux patients d’évaluer les soins qu’ils reçoivent, en prenant en compte des critères de résultat qui leur importent dans la vie quotidienne.

Un point de vue essentiel

« Généralement, le médecin est satisfait de son opération si celle-ci est réussie », sourit le Dr François Lignereux, qui pilote l’expérimentation. « Mais pour le patient, c’est une autre affaire. A-t-il gagné en qualité de vie ? Son quotidien s’est-il amélioré depuis l’intervention ? C’est ce genre d’éléments qui l’intéressent. La satisfaction du patient est encore peu évaluée en France. Pourtant, elle est essentielle dans la prise en charge. » Un score est ainsi établi d’après les réponses aux questionnaires, avant et après l’intervention chirurgicale. Ce score détermine le bénéfice clinique de l’opération, du point de vue du patient.

Le questionnaire patient permet ainsi de compléter les données cliniques pour recueillir le ressenti des patients. Il a été établi selon les critères du programme ICHOM, un consortium international qui défend l’évaluation des soins en santé . Il définit une collecte standardisée et est transposable à tous les pays, dans toutes les langues.
Il est aussi doublé d’un questionnaire rempli par le médecin, portant sur des données purement cliniques (acuité visuelle avec ou sans correction etc…). « On peut ainsi comparer les bénéfices cliniques réels avec les bénéfices cliniques ressentis par le patient, mais aussi analyser les comorbidités pour éliminer tous les biais », explique le Dr Lignereux.
 

« Le médecin est plus vigilant »

Loin d’être une intrusion dans le travail du médecin, cette méthode d’évaluation des soins permet d’améliorer la qualité de la prise en charge, comme l’explique l’ophtalmologiste. « Le fait de prendre en compte les bénéfices ressentis par le patient permet d’élever la qualité des soins. Le médecin est plus vigilant, plus à l’écoute. Impliquer le patient dans l’évaluation du service médical rendu est la meilleure façon pour le praticien de s’auto-évaluer afin de progresser. C’est un nivellement par le haut ! »
 L’expérimentation est un succès : l’adhésion des patients est totale, puisque l’ensemble des personnes opérées ont rempli les questionnaires. Elle se met en place à grande échelle dans trois centres spécialisés (Institut Sourdille Atlantique et CHU de Nantes ainsi que la clinique Chénieux à Limoges) regroupant 40 opérateurs et réalisant 15 000 cataractes par an.
 Le Cercle Valeur Santé soutient toutes les initiatives qui promeuvent la valeur santé et les résultats qui comptent pour les patients. 
 
 

Portrait de WUD
Par WUD

Vous aimerez aussi

Après des mois de prévention pour inciter les New Yorkais à se faire vacciner contre la rougeole, le maire a décidé de passer à la vitesse supérieure...
Gynécologie sans frontières
Initialement créée pour intervenir dans les pays en développement, l’ONG Gynécologie sans frontières déploie depuis douze ans son action en faveur du...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.