Agnès Buzyn : à quelle sauce les syndicats seront-ils mangés ?

La cuisine de l'avenue Duquesne

Agnès Buzyn a reçu les syndicalistes de la FMF et MG France au ministère de la Santé. Les premiers échanges semblent avoir été cordiaux mais les libéraux attendent beaucoup de la ministre. On a hâte de connaître la suite !

Agnès Buzyn entre dans le vif du sujet ! Locataire de l’avenue Duquesne (Paris) depuis 3 semaines, la ministre est partie à la rencontre des syndicats médicaux. Après cinq années de relations cauchemardesques entre Marisol Touraine et les syndicalistes, la tâche n’est pas facile. Voyons si l’ex-présidente de la HAS a su convaincre.

Mardi, la FMF (1) a été la première organisation à être reçue au ministère. Contacté par What’s up Doc, son président Jean-Paul Hamon raconte : « Agnès Buzyn est une personne intelligente, ce n’est pas la peine de lui répéter les choses ». Et bonne nouvelle pour le généraliste de Clamart (Hauts-de-Seine), Agnès Buzin avait lu le programme de la FMF. Cette dernière a toutefois entamé la discussion en annonçant que sa politique consistera à penser d’abord au patient.

Des échanges complices

« Tant mieux, nous voulons la même chose. Mais l’intérêt du patient, c’est avant tout de trouver un médecin compétent, et qui soit heureux d’exercer son métier », a aussitôt rétorqué Jean-Paul Hamon. Autre point positif des échanges : le Pr Buzyn connaît le métier. Le boss des libéraux confie qu’ « on a senti quelquefois de l’émotion dans son regard, comme lorsque nous avons évoqué nos difficultés d’exercice ». Bref, entre médecins le courant passe visiblement.

Reste que pour le moment, la ministre n’a fait aucune annonce et n’a pas souhaité parler d’argent. Pas un mot donc sur les tarifs médicaux que les libéraux estiment toujours trop bas. La discussion a même failli tourner au vinaigre sur deux sujets très sensibles. D’une part, le tiers payant généralisé sur lequel l'hospitalière ne se prononce pas. D’autre part, les dépassements d’honoraires. Comme Marisol Touraine, la nouvelle ministre semble les avoir dans son viseur. Les praticiens de secteur 2 en tremblent déjà…

MG France et les soins primaires…

48 heures plus tard, l'hématologue a poursuivi ses entretiens avec le premier syndicat de généralistes MG France. Son président Claude Leicher souhaite que la ministre investisse « rapidement et de façon importante dans la médecine générale et dans les soins primaires ». Le syndicat indique d’ores et déjà qu’il jugera de sa détermination lors du prochain PLFSS (2). Les attentes : la création d’un fonds d’investissement dédié à cette stratégie.

Pour Claude Leicher, c’est clair : « Il ne suffira pas de doubler le nombre de maisons de santé s’il n’y a personne pour y travailler ». Son objectif est donc de faire supprimer les obstacles qui nuisent à l'attractivité des carrières libérales. MG France demande ainsi la mise en place d’un forfait structure qui permettra à n’importe quel praticien de disposer d’un secrétariat et d’un assistant médical. On attend la suite bientôt avec les entretiens ministériels des syndicats de PH !

 ------------------------------------------------------------------------------------------------

La good news médicale

Comme révélé hier par What’s up Doc, la secrétaire d’Etat de l'Égalité entre les femmes et les hommes a annoncé ce vendredi la mise en place, avant l’été, d'un congé maternité uniformisé pour toutes les femmes, quels que soient leur statut ou leur profession. Cette aide financière pouvant atteindre 3 100 euros par mois pendant trois mois, complétera l’allocation forfaitaire de maternité de 3 269 euros mensuels. Cet avantage s'adressant aux femmes médecins de secteur 1 sera désormais octroyé à celle en secteur 2.

(1) La Fédération des Médecins de France. 

(2) Projet de loi de financement de la sécurité sociale. 

Source: 

Bruno Martrette-Gomez

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Et non elles n'aiment vraiment pas...
Pelote de fils colorés
CPTS. C’est le nouveau sigle à la mode, et pas le plus sexy. Mais les communautés professionnelles territoriales de santé s’annoncent comme un...
L’ordonnance de la rue Cambon

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.