Abstracts de congrès : un jeu !

Le business des abstracts de congrès est étonnant. N’imaginez pas que tous véhiculent une science validée… ô combien même la prudence est à recommander ! Mieux vaut se garder de citer un abstract dans un article. Il est conseillé d’attendre un format réellement publié.

Certains voudraient invalider, voire faire retirer des abstracts contenant des erreurs, ou des données inventées… Quelle ambition ! Il est vrai qu’un abstract de congrès a quelques particularités :

• Il est écrit plusieurs mois avant le congrès…  et parfois présente un travail qui n’est pas terminé  ou un travail déjà publié sans le dire.
• Ces données peuvent être embellies, les auteurs spéculent pensant qu’ils auront un nombre de malades plus conséquent le jour du congrès.
• Lors des communications orales ou de la présentation de posters, les données diffèrent de celles de l’abstract,  et il faut l’accepter. • Des congrès acceptent beaucoup d’abstracts car refuser… c’est perdre une inscription (des institutions ne couvrant les frais de congrès qu’à condition de communication…).
• Des congrès (par exemple American Society of Clinical Oncology) demandent 60 $ lors de la soumission d’un abstract ; plutôt que refuser des abstracts, ils les mettent en ligne le jour du congrès sans proposer de communication orale ou de poster ; pourquoi accepter des abstracts qui ne seront pas présentés ? Business is business !

Ainsi, gare aux malfaçons… et aux idées reçues !

*Hervé Maisonneuve est médecin, professeur associé en santé publique, avec une activité de formation en rédaction scientifique, et blogueur : www.redactionmedicale.fr

Portrait de La rédaction
article du WUD 21

Vous aimerez aussi

De par leur statut, les syndicats de jeunes médecins ne peuvent pas prendre part aux négociations conventionnelles. Une situation que certains...
Entre sécurité et transparence, la société est de plus en plus exigeante envers le médicament. Pas sûr que les médecins soient tout à fait armés pour...
Le calendrier dénudé des carabins de Caen a fait fureur

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.