Syrie : l'UOSSM organise une rencontre avec ses soignants ce 18 décembre

À l’occasion de la journée internationale des migrants le 18 décembre, l'Union des Organisations de Secours et de Soins Médicaux (UOSSM), qui agit en Syrie auprès des populations les plus touchées par le conflit, organise un évènement à Paris pour sensibiliser sur les conditions d’intervention des soignants de l’ONG sur le terrain.

Les médias français en parlent peu, mais la guerre en Syrie, qui a démarré il y a désormais 8 ans, est loin d’être terminée… Depuis le début de l’année, 804 000 personnes ont été déplacées de leur foyer sur le territoire syrien, selon l'Union des Organisations de Secours et de Soins Médicaux (UOSSM).

C’est la raison pour laquelle l’ONG française et internationale, qui agit en Syrie auprès des populations les plus touchées par le conflit, a décidé, pour la journée internationale des migrants le 18 décembre, de « lever le voile sur la situation sanitaire et humanitaire chaotique des déplacés de guerre internes en Syrie, souvent oubliés lorsque l'on parle de "migrants" ».

Tout a démarré en novembre dernier : l'UOSSM a lancé une campagne de sensibilisation aux conditions de vie des déplacés de guerre internes par la diffusion de son nouveau spot publicitaire : "Ici la Syrie, entendez-moi".

Pour appuyer cette campagne visuelle, l'ONG investira ce 18 décembre, de 11h à 20, la place Joachim-Du-Bellay - Fontaine des Innocents (Paris) pour proposer une expérience inédite au public par l'installation "d'activités immersives".

Dans le cadre de cette journée, l'UOSSM proposera de rencontrer un médecin ou un bénévole de l’ONG pour éclaircir le public sur la situation en Syrie. Une initiative portée par les trois grands noms de l'UOSSM :

- le médecin-anesthésiste Dr Ziad Alissa, président de l'UOSSM France depuis 2011 ;
- le Pr Raphaël Pitti, médecin porte-parole de l'UOSSM depuis ces débuts, nommé comme l'une des 50 personnes les plus influentes de l'année 2019 pour ses actions et "formations" terrains, selon Vanity Fair ;
- le Dr Anas Chaker, médecin-anesthésiste, co-fondateur de l'UOSSM.


 
Il sera également possible de rencontrer d’autres acteurs de l’association : des bénévoles, qui sont souvent de jeunes étudiants en médecine, volontaires pour partir aider les médecins confirmés présents sur le terrain. À l’image de : 
- Moussab, étudiant en 5ème année de médecine, bénévole à l'UOSSM depuis 5 ans.
- le Dr Jubran Durbas, qui a été formé à la chirurgie-vasculaire à Alep car il effectuait ses études de médecine quand la guerre a démarré en 2011. Il a été formé dans des conditions très difficiles qui l'ont amené à opérer seul rapidement dans les cas les plus urgents. Ce jeune médecin est arrivé en France en 2016 et il exerce maintenant à Thionville.
 
Un rendez-vous à ne pas manquer. En particulier pour ceux et celles qui veulent s’orienter vers la médecine humanitaire.
 

Portrait de Julien Moschetti

Vous aimerez aussi

Les Nations unies ont annoncé hier une augmentation majeure de leur appel d'urgence pour l'aide humanitaire à l'Ukraine, estimant les besoins à 4,3...

Après 18 mois de négociations et une nuit marathon de débats, le Sénat américain a adopté hier le grand plan de Joe Biden sur le climat et la santé,...

La proportion de personnes n'ayant aucune assurance santé aux Etats-Unis a atteint un plus bas début 2022, à 8% de la population, s'est félicité hier...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.