Smart Urgences : L’IA tend la main aux services de radiologie d'urgence

Certifié dispositif médical, l’outil d’intelligence artificielle Smart Urgences a été pensé pour sécuriser le diagnostic et fluidifier le trafic des urgences radiologiques !
 

Venir en aide aux urgences radiologiques grâce à l’intelligence artificielle, c’est désormais une réalité. Depuis deux ans, Alexandre Parpaleix, radiologue et co-fondateur de la start-up Milvue, développe la solution Smart Urgences. Son idée ? « Créer un outil d’aide au diagnostic et au tri des radiographies d’urgence capable de fluidifier toute la chaîne de prise en charge du patient », nous détaille-t-il.
 
C’est en 2016 que cette aventure commence pour cet interne en radiologie de l’AP-HP. « Tout est parti d’un constat de terrain, commence-t-il. Aujourd’hui, il y environ 8 millions de radiographies produites par jour aux Urgences en France. Pour autant, le temps des radiologues pour les lire est extrêmement limité ». Scanner, IRM et échographie seraient en effet leur priorité. Résultat ? Dans 80 % des cas, ce sont des médecins urgentistes – non formés – qui sont les premiers à les interpréter. « Dans 2 à 5 % des cas, cela aboutit à des erreurs de diagnostics », indique Alexandre Parpaleix.  
 
Selon son créateur, Smart Urgences, elle, permettrait d’en éviter les deux-tiers. « Notre solution permet d’orienter le médecin dans sa prise en charge, détaille-t-il. Nous avons également des cas où elle a détecté des anomalies ratées par le radiologue ». Les algorithmes développés par la start-up seraient en effet en mesure de détecter 95 % des cas d’usage en radiographie d’urgence. « Ça concerne à la fois la radiographie thoracique qui représente 40 à 50 % des cas aux Urgences. Et la radiographie osseuse du squelette dans un contexte traumatologique qui correspond à 50-60 % des cas », détaille le radiologue, avant de citer notamment la détection de fracture infime, l’épanchement articulaire du coude ou encore la détection de luxation.
 
Un large panorama qui permettrait de fluidifier efficacement le parcours de soins aux Urgences. « C’est toute l’organisation du flux des Urgences qui est perturbé par cette problématique-là. Grâce à ces pré-diagnostics, notre solution permet d’améliorer le délai de prise en charge notamment en priorisant les examens nécessaires ou en permettant aux radiologues d’intervenir uniquement sur des cas sélectionnés », insiste le co-fondateur.

Facile à utiliser, cette solution est directement intégrée aux outils informatiques des utilisateurs. « Nous proposons également une application dédiée qui offre une valeur ajoutée supplémentaire à nos solutions », précise le co-fondateur. 
 
Certifiée CE classe IIA depuis février 2020, la solution Smart Urgence est commercialisée sous un modèle de licence fixe dont le prix varie en fonction de différents paramètres propres à chaque site. « Dans notre volonté de minimiser les coûts de santé, nous pouvons aujourd'hui proposer un prix de revient inférieur à 1 euro par examen », se félicite Alexandre Parpaleix. Un modèle qui aurait d’ailleurs déjà convaincu une quinzaine d’établissements de santé en France. 

Portrait de Julia Neuville

Vous aimerez aussi

La Commission européenne a présenté, mercredi dernier, son projet numérique. Objectif affiché : développer l’IA au sein de l’Union européenne et...
Deepsarc, PIMPON, Hydro, NS Park, ARAC… Tels sont les noms des 10 lauréats de l’appel à projet du Health Data Hub, dont l’objectif est de favoriser l...
Par WUD
À l'occasion de la révision des lois de bioéhtique, dont le projet de loi a été présenté en Conseil des ministres le 24 juillet dernier, WUD publie...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.