Réquisitions de masques : les effets se font attendre...

Le gouvernement a pris la décision de réquisitionner les stocks de masques respiratoires FFP2 ainsi que les masques anti-projection, mais les syndicats de médecins libéraux, sur le terrain dénoncent une pénurie de masques de protection, tout en réclamant la distribution, en ville, de masques FFP2. 

Alors que la polémique ne cesse d’enfler concernant la disponibilité, pour les professionnels de santé libéraux, de masques FFP2, le gouvernement a publié ce 4 mars un décret n° 2020-190 du 3 mars 2020 relatif aux réquisitions nécessaires dans le cadre de la lutte contre le virus covid-19. Que dit ce décret ? 

Jusqu’au 31 mai prochain, les stocks de masques de protection respiratoires FFP2 «détenus par toute personne morale de droit public ou de droit privé » ainsi que les « stocks de masques anti-projection détenus par les entreprises » sont réquisitionnés. De la même manière, les masques FFP2 et anti-projection qui sont fabriqués entre la publication de ce décret et le 31 mai seront également réquisitionnés. 
Ce décret n’a pas l’heur de rassurer l’ensemble des professionnels de santé puisque l’avocat Di Vizio a annoncé dans un communiqué avoir saisi le tribunal administratif pour que l’État fournisse des masques FFP2 aux médecins libéraux. Lesdits masques sont pour le moment réservés aux médecins hospitaliers. « le référé vise à enjoindre l'Etat de distribuer des masques de type FFP2 aux médecins généralistes, sous astreinte financière de 1 000€ par jour de retard », établit le communiqué de Maitre Di Vizio. 

Par ailleurs, le syndicat des médecins libéraux (SML) vient de publier un nouveau communiqué pour s’inquiéter de l’absence d’approvisionnement en masques de certains médecins libéraux. «Les lots de masques issus du stock de l’Etat, qui doivent être délivrés aux médecins via les pharmaciens d’officine, ne sont pas arrivés de façon uniforme sur l’ensemble du territoire. De nombreux médecins ne sont toujours pas parvenus à se les procurer », écrit le SML. Fidèle à lui-même, le SML réclame toujours la distribution de masques FFP2 pour les médecins libéraux. 

Autre sujet d’inquiétude pour le SML : les remplacements de revenus, jugés trop bas, en cas d’infection des médecins, par le Covid-19, ou de mise en quarantaine. « le SML juge insuffisante la prise en charge proposée par l’assurance maladie pour les médecins libéraux qui viendraient à être contaminés ou qui feraient l’objet d’une mesure d’éviction après avoir été en contact avec un patient positif au COVID 19 ». Le SML réclame donc une indemnisation solidaire qui permette de compenser les pertes de revenus. 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Situés à proximité de Notre-Dame de Paris, les services de l’Hôtel-Dieu AP-HP sont intervenus hier soir dès le début de l’incendie. Le service d’...
En l'espace d'un week-end, la lutte contre le coronavirus est monté d'un cran. Alors que les lieux étaient publics étaient interdits en grande partie...
Entre les heures passées en scrolls intempestifs sur « Insta » et l’immortalisation des moments les plus insignifiants de la vie (« de garde, je...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.