Quand le bloc... débloque !

Du brancardier À la chirurgienne, de l’aide technique À l’infirmier du réveil, la gestion des risques au bloc est une affaire de famille ! Une mécanique bien huilée garantit qualité et réussite des prises en charge. Comment progresser...

Article proposé avec le soutien d'ASSPRO Conseil [1], filiale du Cabinet Branchet (spécialiste de l'assurance RC professionnelle du plateau technique lourd).

 

DES RMM EN QUÊTE D'IDENTITÉ

La culture de l’évaluation n’est pas notre fort. On finira par nous le reprocher. Les patients ne supportent plus les événements indésirables, il faut réagir !

Aujourd’hui, la revue de morbimortalité (RMM) ressemble plus à un concours de passage de patates chaudes qu’à une réflexion constructive. Chacun se protège plutôt que de remettre en question ses systèmes internes de fonctionnement. La belle affaire !

« - Mme Hubert est décédée de choc hémorragique suite à une chirurgie fonctionnelle… alors?

- L’gazier f’rait mieux d’remplir la patiente, plutôt que sa grille du sudoku!

- 1h… entre l’induction et l’incision, croyez pas qu’y a un problème de timing, non?!

- …Et alors, vous changez quoi?

- L’anesthésiste!

- La montre du chir’! »

Ambiance! Quel professionnalisme… La vraie question pourtant n’est pas « à qui la faute», mais « comment l’éviter ? »…

En réalité, un quart des accidents au bloc proviennent de dysfonctionnement… d’équipe [2] ! 15 % de responsabilité TOTALE et jusqu’à 23 % de responsabilité PARTIELLE mise en cause suite à un dysfonctionnement d’équipe [2].

Si la responsabilité individuelle n’est pas à négliger, celle du groupe l’est encore moins.

La RMM a de l’avenir : exposer, débriefer, reprotocoliser. Il serait temps de sortir du bac à sable des combats de coqs stériles.

 

DÉCISION PARTAGÉE, DÉCISION BIEN RÉGLÉE

Qui imaginerait qu’un avion puisse décoller sans qu’un technicien, sur le tarmac, n’ait vérifié la pression des pneus ? Qui de l’aiguilleur du ciel ou du pilote est le plus important ?

Chacun est indispensable dans le trafic aérien comme dans la chaîne de soins…

Pourtant, force est de constater qu’engoncés dans un modèle trop individualiste basé sur la seule identité du chirurgien, nous souffrons d’une pratique artisanale qui ne répond plus aux exigences d’un plateau technique moderne et sécurisé.

Alors, place au coaching et à l’entraînement de toute notre équipe ! Prendre conscience du rôle, des devoirs et des limites de chacun, mettre le doigt sur les dysfonctionnements du groupe pour s’engager à s’améliorer tous ensemble.

 

TEAM BUILDING: SE FORMER, COMMUNIQUER… OPÉRER

Nous avons appris le solfège, à la fac, pendant l’internat puis le clinicat… Reste maintenant à savoir jouer « collectif » !

Nouvel objectif : renforcer la cohésion d’équipe et créer un environnement de travail favorable à la prise de décision en milieu à risque.

Mieux fonctionner en équipe, c’est d’abord limiter ses risques perso de mise en cause de responsabilité. Au moins une très bonne raison de se former.

Simulation oblige, nous allons connaître l’ère du « jamais la première fois sur un patient ». Un bienfait, un changement à accepter pour lequel il faut donc se préparer… en équipe ! ASSPRO Conseil a développé un camp d’entraînement pour nous : une simulation de crises à résoudre… en équipe ! Issue de l’aviation, cette formation à domicile nous conduit à apprendre à décider collectivement en prenant conscience des comportements et attitudes de chacun.

Un prérequis IN-DIS-PEN-SA-BLE à l’émergence d’un comportement collectif mature. Finie l’ère des chirs ados en crises existentielles, adeptes du lancer franc de bistouri olympique au bloc opératoire.

Grâce à ce coaching sur mesure, et à des mises en situation collectives (qui peuvent s’accompagner de séances sur simulateur de vol!), chacun peut s’entraîner à travailler en conditions, répétant et exécutant des réflexes exigeants et ordonnés pour être à l’aise et efficace en toutes circonstances.

Le leadership des décideurs s’affirme alors naturellement. La prise de décision médicale s’apprend plus vite… en simulant !

 

Qu’on s’le dise… Qu’on s’le dise…

Source: 

1- ASSPRO Conseil est une société de formation et de conseil qui s’appuie sur des médecins pour développer la prévention des risques dans les établissements de santé.
2- Selon une étude menée par le Cabinet Branchet sur 845 dossiers sinistres, basée sur les crit`eres de l’analyse ALARM. Déontologie vaut mieux que fausse démonstration

Portrait de La rédaction
article du WUD 11

Vous aimerez aussi

La Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) a assoupli les conditions d’accès à un assistant médical. Il fallait être trois médecins. Elle n’en...
Les syndicats médicaux s’insurgent contre une nouvelle pénalisation des médecins de secteur 1
Une fois la décision prise de s’installer, vient toujours l’éternelle question de la reprise de la patientèle de son prédécesseur. Certains disent «...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.