Pour l'Anemf, la baisse de la capacité d'accueil en études de santé serait de 1550 places !

Après avoir colligé l'ensemble des données des facultés, l'association nationale des étudiants en médecine de France (Anemf) en arrive à ce triste résultat : les capacités d'accueil entre la rentrée 2018/2019 et 2019/2020 ont baissé de plus d'un millier de places. Même si elle reste supérieur au nombre d'étudiants réellement accueillis...

Au final, suite à la suppression de la Paces et son remplacement par les Pass (parcours spécifique accès santé) et les LAS (licences accès santé), les capacités d’accueil des facs ont-elles augmenté ou baissé ? Pour Maxime Tournier, de l’Association nationale des étudiants en médecine de France (Anemf), les capacités d’accueil ont baissé. Même si la réalité semble plus complexe.

L’Anemf, en février, a fini de colliger les données provenant de l’ensemble des facs pour connaitre la réalité du terrain. « Tout d’abord il faut séparer la province de l’Ile-de-France. À Paris le calcul est complexe mais nous estimons une baisse d’environ quelques centaines de places. Il faut aussi considérer que des facs ajoutent aussi des places au fil de l’eau », explique Maxime Tournier. Quoi qu’il en soit, Maxime Tournier estime à un millier la baisse de la capacité d’accueil. Plus précisément, entre la capacité d’accueil 18/19 et le nombre de places PAS/LAS comptabilisées par l’Anemf, la baisse serait de 1550 places. En revanche si l’on compare le nombre de places en PAS/LAS comparé aux effectifs réels des primants, le nombre de places prévues reste supérieur au nombre d’étudiants, soit +2415 places. À noter l’absence de données provenant de Grenoble…

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

La Faculté de médecine et le service de psychiatrie du CHU de Lille ont mis en place un module de prévention du suicide pour les adolescents et les...
Le semestre d'hiver, du fait de l'épidémie de Covid-19, a été repoussé jusque début juin, mais les internes craignent que le changement de stage n'...
Les sénateurs confondent internes et bagnards.
Le projet de loi recèle chaque jour ses pépites : dans la nuit du lundi au mardi, les sénateurs ont décidé de renvoyer les internes de médecine...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.