PMA pour toutes : le Comité d'Éthique a dit OUI !

Emmanuel Macron a le feu vert

Ce mardi, le Comité Consultatif National d’Éthique s’est prononcé en faveur de la Procréation Médicalement Assistée pour les couples de femmes et les femmes célibataires. Une décision saluée par le gouvernement qui envisage déjà de modifier la législation. 

Ce n’est pas trop tôt ! Après 4 ans d’attente, le Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE) s’est enfin prononcé, mardi, sur la Procréation Médicalement Assistée (PMA) pour les couples de femmes et les femmes célibataires en France. Pour rappel, cette technique médicale est actuellement réservée aux couples hétérosexuels infertiles. Mi-juin, Jean-François Delfraissy, président du CCNE, avait prévu : l’avis sur l’AMP ferait l’objet de « positions claires ». Résultat : un avis favorable a été rendu aujourd'hui par les membres du Comité.

Selon le CCNE, l’ouverture de la PMA à des personnes sans stérilité pathologique « peut se concevoir pour pallier une souffrance induite par une infécondité résultant d’orientations personnelles ». En ce sens, il propose d’autoriser l’insémination artificielle avec donneur (IAD) à toutes les femmes. Pour rendre sa décision, l'autorité s’est appuyée sur la reconnaissance de l’autonomie des femmes et la relation à l’enfant dans les nouvelles structures familiales.

Une GPA éthique ? Impossible.

Mais le Comité ne s’est pas contenté de donner son avis sur le PMA. L'organisme de consultation s'est également prononcé sur  la GPA et l’autoconservation ovocytaire.

Concernant la GPA, sans surprise, il s’est prononcé contre le recours aux mères porteuses en France. Selon lui, des « violences juridiques, économiques, sanitaires et psychiques » menacent les femmes recrutées comme gestatrices et les enfants qui naissent de ce procédé. Le CCNE affirme qu’il ne peut y avoir de GPA éthique et souhaite le renforcement des moyens de prohibition au niveau national et international.

Pour l’autoconservation ovocytaire chez les femmes jeunes, c’est niet également ! Pour justifier son choix, le CCNE évoque la procédure contraignante de collecte des ovocytes et sur les risques cliniques et médicaux probables. Le comité craint également des risques de pressions sociales et professionnelles de l’entourage ou des employeurs. L’avis du CCNE va ainsi à l’encontre de l’Académie de médecine qui s’était prononcée la semaine dernière pour cette pratique.

Quoi qu'il en soit, cette décision tombe à pic pour le président Emmanuel Macron qui, durant la campagne, s’est exprimé en faveur de la PMA pour toutes. A ce propos, Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, a déclaré ce mercredi que l'avis du CCNE permettait « d'envisager une évolution de la législation ». De son côté, Jean-François Delfraissy a fait savoir que des états généraux de la bioéthique, concernant entre autres la PMA, seraient organisés en 2018.

 

 

Source: 

Im`ene Hamchiche

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

45 syndicats contre la loi
Présentation du Livre blanc pour l’avenir de la santé
Les syndicats de biologistes médicaux ont annoncé une grève qui débutera le 23 septembre, en réaction à une nouvelle réduction de l’enveloppe qui...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.